Membres

Le Groupe Olivier Dollfus, c’est:

  • Patrick Poncet & Olivier Vilaça (fondateurs-éditeurs)
  • Boris Beaude, René-Éric Dagorn, Marc Dumont, Blandine Ripert (membres-rédacteurs)

Patrick Poncet, géographe

Docteur habilité à diriger des recherches en géographie, Patrick Poncet mène une double carrière, comme enseignant-chercheur dans le monde académique, et par ailleurs comme entrepreneur, consultant et designer. Il propose le concept d’intelligence spatiale (Intelligence spatiale, Presse Universitaires de Rennes, 2017) pour désigner une manière nouvelle d’envisager et de pratiquer la géographie, selon une trois perspectives complémentaires : 1. une technologie qui théorise les moyens d’actions (les techniques) par l’espace se fondant sur la pensée géographique (science et savoirs) ; 2. une théorie unifiée de la géographie, articulant notamment ses deux principaux point de vue différents, sur les espaces et sur les spatialités ; 3. une manière de définir la géographie, dans le sens le plus large et le plus inclusif, ouvert à toutes les pratiques du métier de géographe. Comme enseignant et chercheur, il a exercé au sein des universités de Paris 7, Lille 1, Rennes 2, Paris 1, puis à Sciences po Paris (2005-2010), et plus récemment à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (2015-2017). En 2020, il présente une Habilitation à diriger des recherche (HDR) intitulée : L’origine des espaces. De l’intelligence spatiale à la géographie fondamentale. Investissement académique complété par diverses actions : codirecteur de la revue EspacesTemps.net, participation à la démarche de prospective de la Datar « Territoires 2040 » comme expert, MOOC de l’EPFL sur la cartographie, développement d’un logiciel en ligne de cartographie paramétrique, conférences, expositions… Il est depuis 2021 chercheur associé de la chaire Intelligence spatiale de l’Université Polytechnique des Hauts-de-France (UPHF). En 2007 et 2008, il est responsable de l’information et de la cartographie au sein de la Mission de Préfiguration de l’Opération d’Intérêt National du plateau de Saclay, puis crée en 2009 l’agence de communication spatiale MapsDesigners et le cabinet de conseil en intelligence spatiale QualCity (entreprises fusionnées en 2017). En 2020, il fonde avec Olivier Vilaça le blog scientifique Groupe Olivier Dollfus (dollfus.hypotheses.org).

Olivier Vilaça, géographe

Docteur en géographie (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne), Olivier Vilaça est un chercheur indépendant. Il est spécialiste du Monde en tant qu’objet, et de la mondialisation, des entreprises et des épidémies. Désirant voir le Monde en train de se faire, et de la manière la plus directe possible, il a quitté le navire académique afin de travailler sur des enjeux de société (VIH/sida, consommation durable et chaîne de valeur durable) pour des acteurs mondialisés (l’entreprise Lafarge ; le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ; le Conseil mondial des entreprises pour le développement durable ; Intertek, BV et la SGS). Il a été l’étudiant d’Olivier Dollfus en maîtrise et en DEA à Paris VII, et il a fait partie du groupe mondialisation du GEMDEV, créé par Dollfus et Michel Baud entre 1996 et 2000. Il est également intervenu en tant qu’expert dans le groupe de travail consacré à la place de la France dans le Monde du projet de la DATAR « Territoires 2040 ». Membre du comité de rédaction d’EspacesTemps.net de 2000 à 2004, il a été maître de conférence à Sciences Po Paris entre 2002 et 2005, et chargé de cours à l’EPFL en 2010. Il est professeur d’Histoire-Géographie au lycée Gustave Eiffel de Maputo au Mozambique depuis 2019.

Boris Beaude, géographe

Professeur en cultures, sociétés et humanités numériques à la la Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université Lausane (Unil), Boris Beaude est Docteur en géographie. Inventeur des concepts de « lieu réticulaire » et de « synchorisation », ses recherches portent notamment sur les enjeux d’Internet comme renouvellement des modalités pratiques de l’interaction sociale, notamment la collaboration (crowdsourcing, crowdfunding, intelligence collective…) et la gouvernance d’Internet (algorithmes, neutralité du net…). Il étudie par ailleurs le potentiel des traces numériques pour renouveler notre connaissance des pratiques individuelles (Wikipédia, Twitter…). Il est l’auteur de Internet, changer l’espace, changer la société (2012) et de Les fins d’Internet (2014, traduit en anglais en 2016). Il a en outre enseigné pendant huit ans à l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po) et été chercheur à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne avant de rejoindre d’Unil.

René-Éric Dagorn, historien et géographe

Agrégé d’histoire, enseignant à Sciences-Po Paris (géopolitique, relations internationales), et en Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (hypokhâgne et khâgne) à Paris, René-Éric Dagorn a été le coordinateur des enseignements « Enjeux politiques de la géographie » à Sciences-Po Paris. Spécialiste de géopolitique, de relations internationales et de géopolitique environnmentale, il a fait partie du GEMDEV aux côtés d’Olivier Dollfus entre 1996 et 2000, et a été rédacteur en chef d’Epsaces-Temps.net de 2001 à 2003. René-Éric Dagorn a plublié de nombreux articles, dont plus de 250 articles dans le magazine Sciences-Humaines.

Marc Dumont, géographe et urbaniste

Professeur des Universités en Urbanisme et Aménagement de l’Espace à l’Université Lille 1, Sciences et Technologies, Marc Dumont travaille sur les politiques d’urbanisme (expérimentations, espace public, mobilité, sécurité, renouvellement urbain) et les dynamiques des périphéries urbaines (périurbain, suburbain, rural…). Chercheur au laboratoire TVES (Territoires, Villes, Sociétés, Environnements), il est également responsable de la spécialité « Projet Urbain », du Master Urbanisme & Aménagement, à l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de Lille. Il est aussi co-rédacteur de la revue EspacesTemps.net, et a été membre élu au Conseil National des Universités (CNU), section 24, entre 2015 et 2019.

Blandine Ripert, ethno-géographe

Directrice de l’Institut français de Pondicherry depuis 2020 et chargée de recherche CNRS depuis 2001, Blandine Ripert est ethno-géographe et ses recherches portent sur les dynamiques contemporaines au Népal et en Inde, qu’elle aborde d’un point de vue spatial, social, culturel, politique et religieux. Elle s’est notamment intéressée au processus de christianisation d’une population bouddhiste du Népal central (les Tamang de l’Ouest, dans les districts de Nuwakot, Dhading et Rasuwa), et à l’impact du processus de mondialisation parmi cette population rurale (thèse de géographie soutenue en 2000 à l’université Denis Diderot-Paris 7, sous la direction d’Olivier Dollfus).

Références

Allemand Sylvain., Dagorn René-Éric, Vilaça Olivier, 2005, La géographie contemporaine, Paris : Le Cavalier Bleu. 126 p.

Beaude Boris, 2012, Internet, changer l’espace, changer la société, Limoges : FYP éditions.

Beaude Boris, 2014, Les fins d’Internet 2014, Limoges : FYP éditions.

Dagorn René-Éric, Dumont Marc., Poncet Poncet, 2003, notices in Lévy Jacques & Lussault Michel (dir.), Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés, Belin.

Dulac, 2020 (à paraître), Science du social, Pour une intelligence indisciplinée des mondes humains, CNRS Éditions.

Bruslé Tristan and Ripert Blandine, 2016, “Le Népal en 2015 : de crise en crise“, Asie. Mondes émergents, Documentation Française.

Dumont Marc, 2008, La géographie. Lire et comprendre les espaces habités, Armand Colin.

Dumont Marc, Hellier Emmanuelle, 2010, Les nouvelles périphéries urbaines. Formes, logiques et modèle de la ville contemporaine, PUR.

Lévy Jacques (dir), Poncet Partick, Beaude Boris., Dagorn René-Éric., Dumont Marc., Ripert Blandine., Stock Mathis., Vilaça Olivier., Andrieu Dominique., Hurel Karine, 2008, L‘invention du Monde. Une géographie de la mondialisation, Paris : Presses de Sciences-Po. 403 p. (traduction en italien en 2010).

Mohammad-Arif Aminah et Ripert Blandine (eds.), 2014, «Ideas of South Asia, Symbolic Representations and political uses», South Asia Multidisciplinary Academic Journal, n°10, samaj.revues.org.

Lévy Jacques, Poncet Patrick, Tricoire Emmanuelle, 2004, La carte, enjeu contemporain, La documentation photographique n° 8036, La documentation française, 64 p.

Poncet Patrick, 2017, Intelligence spatiale, Rennes : PUR

Poncet Patrick, 2015, « ‘My’ Maps? On Maps and their Authors » in Lévy Jacques (ed.), A Cartographic Turn, Mapping and Spatial Challenge in Social Sciences, EPFL Press, chap. 12, pp. 253-271.

Ripert Blandine, Haag Pascale, 2014, Idées reçues sur l’Inde contemporaine, collection Idées reçues, Cavalier bleu, Paris, 183 p

Ripert Blandine, 2014, “Improbable Globalization: Individualization and Christianization among the Tamangs of Central Nepal”, in Toffin Gérard and Pfaff-Czamecka Joanna (eds.), Globalization, Belonging and the Politics of the Self in the Himalayas, Delhi, Sage.

Ripert Blandine, 2014, “Redefining Belonging and Bonds to Territory: Multiple Forms of Mobility and Itineraries among the Tamangs of Central Nepal“, in Smadja Joëlle (eds.), Territorial changes, territorial restructurings in the Himalayas, Delhi, Adroit Publishers.

Ripert Blandine, 2015, “Un processus de mondialisation observé à l’échelle locale au Népal Central : Transformations agricoles, économiques, politiques et sociales au bout du monde”, Géoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/

Vilaça Olivier, 2006, L’entreprise et son rapport au territoire: un enjeu de développement durable, in Heurgon E. (coord.). Le développement durable, La Tour d’Aigues : Edition de l’Aube. p. 244-248.

Vilaça Olivier, 2007, « La planète épidémiologique », In Retaillé D. (dir.), La mondialisation, Paris : Nathan. p. 169-182.

Vilaça Olivier & Clerc Mathilde, 2007, « Le territoire des entreprises », in Retaillé D. (Ed.). La mondialisation, Paris : Nathan. p. 155-166.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search