Profession : géographe

Être géographe, c’est un peu comme être médecin ; à celui-ci le corps — le corporel —, à celui-là le spatial. Certains médecins décident de ne pas exercer et deviennent diplomates, fonctionnaires internationaux, chefs d’entreprise, managers, écrivains. Ils n’en restent pas moins médecins et souvent présentés comme tel. De la même manière, on est géographe bien au-delà d’une pratique professionnelle formelle. On l’est partout et en toute circonstance car le géographe se pose en permanence les questions “où ?” et “pourquoi ici et pas ailleurs ?”, ce qui lui confère un point de vue très particulier sur le monde, à la fois spécifique et englobant. La géographie est donc plus qu’une discipline scientifique, et également plus qu’une matière scolaire ou qu’un métier consistant à appliquer des techniques.

Les états de la matière

De la géographie, nous nous faisons une idée au travers des pratiques cognitives et des entreprises qui peuvent lui être rapportées. Selon cette vision large, dans le temps et l’espace, la géographie a connu et connaît encore plusieurs états, comme on dit en physique : solide, liquide, gazeux et plasmatique.

Les quatre espèces de géographes: Vidal, VilaçaPoncet, le cartographe de Vermeer, Victor

La géographie à l’état solide est celle des universitaires qui cristallisent concepts et théories. Historiquement, cette géographie est arrivée tardivement, en France en tout cas, puisque malgré la création d’une chaire de géographie à la Sorbonne en 1809, il aura fallu attendre la fin du XIXe siècle pour voir se multiplier les facultés dans cette discipline. Cette solidification nécessaire va cependant conduire à la fragmentation de la géographie en une multitude de domaines d’expertise tendant à produire leurs propres socles conceptuels et théoriques.

La géographie à l’état liquide est celle des penseurs de l’action — disons des technologues —, dont l’objectif est de produire des moyens d’action sur et par l’espace. Cette géographie est beaucoup plus ancienne qu’on ne le pense puisque c’est sur elle que reposent la fondation de l’Ecole de géographie sous le Directoire en 1795, de la Société de géographie en 1821, ou encore de la Société de géographie commerciale en 1873 ou de Topographie en 1876, avec comme ambition de maîtriser l’espace pour le commerce ou l’aménagement du territoire.

La géographie à l’état gazeux est celle des opérateurs qui appliquent les techniques issues de la géographie ou en transmettent les concepts. Outre la plupart des cartographes et les enseignants, c’est la géographie des utilisateurs, et elle en concerne une multitude. Il y a mille manières d’utiliser la géographie et d’en acquérir les idées.

La géographie à l’état plasmatique est celle de tous ceux qui font de la géographie sans le savoir, mais ne peuvent pas ne pas en faire : découvreurs, inventeurs, révolutionnaires, militaires, explorateurs, commerçants, entrepreneurs de toutes les “nouvelles économies” dans l’histoire. Ce sont les Ferdinand de Lesseps, Thomas Cook, Louis Blériot, Charles Lindberg, André et Edouard Michelin, Nikola Tesla, Graham Bell, Guglielmo Marconi, Thomas Edison, Elisha Otis, George Stephenson, Marcel Bouilloux-Lafont, Jean-Baptiste Charcot, et plus près de nous les Tim Berners-Lee, Steve Jobs, Elon Musk, Larry Page et Sergey Brin, Jeff Bezos, et avant eux, bien sûr, Marco Polo, Vasco de Gama, Christophe Colomb, Fernand de Magellan, James Cook, sans oublier Zeng He et bien d’autres encore, tous géographes de facto

Cette diversité peut aujourd’hui prendre un aspect d’atomisation, voire de balkanisation, écoles contre écoles, spécialités contre spécialités (en concurrence pour des crédits de recherche de plus en plus rares par exemple). Mais la sur-spécialisation est un problème quand elle fait disparaître l’exercice de la synthèse. Celle-ci est pourtant nécessaire dans les contextes d’action et de stratégie. Elle est alors un métier en soi, et ne résulte pas de l’addition des spécialités.

Cette diversité doit donc au contraire constituer une force. Nous proposons qu’elle le soit via la profession de géographe, rassemblant tous les métiers de la géographie et organisant leur complémentarité. C’est possible, car il y a une demande sociale pour ça, et elle est croissante. Le devenir des lieux de la planète est désormais souvent le résultat de leur interaction avec les autres lieux, et de moins en moins avec leur passé, qui offre de moins en moins de continuité et de cohérence. La guerre en Ukraine en est un exemple éclatant. L’expertise des géographes — quel que soit leur “état” professionnel — est de plus en plus reconnue.

Il y a donc un fonction sociale du géographe : parler ici de ce qui est ailleurs. Parler à ceux d’ici, et dans des termes qu’ils peuvent comprendre, de ce que font les autres ailleurs. Les géographes sont les explorateur non pas du nouveau monde ou des mondes inconnus (terra incognita), mais du monde perpétuellement nouveau et en bouillonnement permanent qui est celui des humains du vingt-et-unième siècle, tous interdépendants. Wikipedia ne remplacera pas les géographes, qui sont chacun situés dans leur société et assurent l’interconnaissance des sociétés entre-elles.

Profession de foi

Mais alors, que faire de cette unité ? Comment la concrétiser, voire l’institutionnaliser ? Notre vision nous conduit à identifier trois enjeux pour les géographes dans les années à venir.

Premièrement, le développement de l’intelligence spatiale — inventée par Patrick et bénéficiant d’ores et déjà d’une validation universitaire double et récente : une Habilitation à Diriger des Recherches, et la création, par le prix Vautrin Lud 2018, d’une Chaire “Intelligence spatiale” à l’UPHF —, qui est une première tentative de défragmenter la géographie universitaire. En s’appuyant sur la théorie du social en général, et en la conjuguant avec une connaissance des terrains singuliers. En déplaçant le centre de gravité de la géographie, de la science vers la technologie, et en portant donc un intérêt accru aux différentes incarnations de la profession de géographe.

Deuxièmement, relancer l’exploration du Monde. Contrairement à ce que l’on a pu penser avec l’achèvement des grandes découvertes et l’apparition de Google Maps, le Monde est perpétuellement nouveau. Sa forme et sa géographie ont évolué récemment de manière radicale (géopolitique, migrations, écologie, terrorisme, finance, internet…) et l’enjeu de sa connaissance géographique est de plus en plus décisif. Cette exploration est une véritable mise en relation, en partie subjective, c’est une des spatialités fondamentales de l’humanité qui fait pendant au point de vue zénithal et presque divin proposé par la cartographie. Personne ne peut corriger la copie de celui qui explore : la géographie est un savoir vivant et socialement actif, y compris dans ses erreurs, ses approximations et ses généralisations. Personne ne détient la description totale du Monde à un moment donné. Cette description n’est que composite, elle est faite par les réponses à des questions situées dans le temps et l’espace des civilisations, elle est produite par toute une gamme de géographes occupant tout le spectre des états de la profession.

Finalement, il est temps de développer ce que nous appelons “l’intelligence géographique”, pendant de la démarche de l’intelligence spatiale, qui prend en compte la singularité des lieux et rééquilibre la profession de géographe en intégrant et en renforçant ses composantes technologiques et entrepreneuriales. Une dynamique qui pourrait trouver sa concrétisation dans un lieu d’une formation unifiée à la profession de géographe, une École européenne de Géographie.

Bibliographie

Sylvain Allemand, René-Eric Dagorn, Olivier Vilaça, La géographie contemporaine, Paris, Le Cavalier bleu, 2005, 126 p.

Patrick Poncet, Intelligence spatiale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017, 319 p.



Citer ce billet
Patrick Poncet & Olivier Vilaça (2022, 12 avril). Profession : géographe. Groupe Olivier Dollfus. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvt6

Patrick Poncet & Olivier Vilaça

Géographes, fondateurs du Groupe Oliviers Dollfus. • Patrick Poncet est chercheur indépendant, après avoir été chercheur et enseignant-chercheur dans divers institutions universitaires. Il a publié aux Presses Universitaires de Rennes "Intelligence spatiale", ouvrage synthétisant ses recherches en géographie fondamentale et en géographie appliquée. Il est également entrepreneur et designer. • Olivier Vilaça est chercheur indépendant et professeur d'Histoire-Géographie au lycée Gustave Eiffel à Maputo (Mozambique). Spécialiste du Monde en tant qu'objet, des entreprises mondialisées et des pandémies.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search