Ce qu’il se passe vraiment au Cabo Delgado

La province mozambicaine du Cabo Delgado, aux confins septentrionaux du pays, a fait irruption ces derniers jours dans l’actualité à l’occasion de la « prise » du port de Palma par des insurgés djihadistes. Depuis, les commentaires présentent la situation sous un angle qui ne rend pas tout à fait justice à ce qu’elle est vraiment, quitte à entretenir l’idée que nous assistons à l’émergence d’un nouveau califat africain, contre lequel la communauté internationale devait se mobilier sans attendre. C’est se méprendre sur ce qu’il se passe vraiment au Cabo Delgado : une rébellion sectaire interne à l’islam et en roue libre, exploitant les faiblesses d’un État à la fois trop discret et à la souveraineté très relative, et dont la dynamique et les logiques n’entretiennent pas de rapport direct avec celles du « Sahelistan », n’appelant donc pas la même réaction.

Le mythe du califat africain

L’idée que se formerait entre le Mali et le Mozambique en passant par le Nigéria et la République Démocratique du Congo un territoire paraétatique comparable à ce qu’à été Daesh aux confins de la Syrie et de l’Irak ne correspond à aucune réalité géographique. Il s’agirait dans ce cas d’un espace politique unifié de la taille de la Russie. Seule une idéologie intégratrice et surplombante telle que le communisme du début du siècle dernier pourrait unifier une diversité de peuples et de territoires telle qu’elle s’est présentée entre Moscou et Vladivostok et telle qu’elle se présente aujourd’hui entre Bamako et Palma. L’islamisme, déjà très divisé idéologiquement, est loin d’avoir cette capacité.

Dès lors, il faut lire l’allégeance à Daesh des Chababs de Cabo Delgado comme un simple échange de bons procédés entre une maison mère qui gagne à inscrire un franchisé de plus sur la carte de son monde et un nouveau venu qui acquière ainsi une notoriété et une légitimité à peu de frais. Une opération de communication win-win, mais qui semble déjà se distendre et ne peut que rester symbolique. Ce qui se passe au Cabo Delgado à plus à voir avec les exactions improductives de la secte Boko Haram qu’avec l’extension territoriale d’un État islamique panafricain.

Sectarisme, orthodoxie et État relatif

En effet, la rébellion chabab a une histoire1 : celle d’une secte de l’islam, les coranistes, qui s’oppose radicalement au salafisme et aux doctrines plus « orthodoxes » par le fait que ses membres ne reconnaissent que le coran et rejettent tous les autres textes islamiques, législatifs notamment. Ils ne respectent ainsi pas les rituels tels que le déchaussement à l’entrée des mosquées. Les salafistes voient dans les coranistes des ennemis de leur projet fondamental, l’islam politique, c’est-à-dire la confusion de l’État et de la religion. En un sens, les coranistes sont les libertariens de l’islam : ils se fondent sur un dogme minimaliste et rejettent toute régulation étatique.

Au début des années 2010, des troubles opposent coranistes et musulmans orthodoxes. C’est là que les caractéristiques de l’État mozambicain contribuent à enclencher le processus actuel : c’est un « État relatif » qui cohabite avec d’autres autorités, et l’absence d’une certaine neutralité caractérisant les « États absolus » le conduit à devenir l’instrument des orthodoxes contre le sectarisme chabab. De là, l’État, si discret au Cabo Delgado qu’il n’y est incarné qu’en quelque lieux, devient la cible des Chabab : postes de police, écoles et toutes ce qui représente l’État. La dynamique de ce genre de conflit fait le reste : pillages, viols, exactions diverses et meurtres de ceux qui sont plus ou moins liés à l’État, ennemis à deux visages : à la fois agents des persécutions commanditées par les autorités musulmanes orthodoxes et simples incarnations d’un mal encore plus fondamental : l’État tout court.

Le développement de cette dynamique, qui s’est traduite par 700.000 déplacés, ne devient réellement visible aux yeux du monde que depuis la « prise » de Palma, mollement défendue par une armée et des forces de police semblant peu concernées et manquant cruellement d’efficacité, autre signe de la relativité de l’État.

Le gaz est hors de cause

Mais ce qui met le Cabo Delgado sur la carte du monde, c’est la présence, à huit kilomètres de Palma, sur la péninsule d’Afungi, d’un chantier : le futur camp de Total pour l’exploitation d’importants gisements gaziers maritimes. Un lotissement de petits pavillons, des bâtiments industriels et un aéroport de classe « international ». Or, il n’y a pas de rapport entre gaz et Chababs. Le démarrage de l’exploitation n’étant pas prévu avant 2024, les Chababs n’ont pas grand-chose à en attendre. Le port de Palma n’a aucun rôle dans l’exploitation gazière. Il est par ailleurs très peu envisageable de transformer la péninsule d’Afungi en camp retranché, en permanence assiégé par les insurgés. Quand à l’idée que le Mozambique fasse appel à des forces armées étrangères, c’est une éventualité idéologiquement et symboliquement difficile à concevoir : un retour de l’armé portugaise après dix ans de guerre d’indépendance semble très hypothétique ; les pays environnants n’ont pas toujours soutenu l’actuel parti au pouvoir lors des vingt années de guerre civile qui ont suivi ; et on ne voit pas une puissance occidentale — notamment la France — intervenir pour sécuriser les installations gazières d’une multinationale. Quant aux mercenaires, ceux de Wagner n’ont fait à Cabo Delgado qu’un court séjour en 2019, jetant rapidement l’éponge, et le contrat avec l’entreprise sud-africaine DAG n’a pas été reconduit.

Dans ces conditions, l’abandon des projets gaziers qui se profile risque d’entrainer la disparition du Cabo Delgado de la carte du monde, laissant la situation évoluer selon sa dynamique propre, accompagnée par des ONG et des organisations internationales comptabilisant exactions et déplacés.

Ce qui se passe vraiment au Cabo Delgado n’est pas une affaire d’État islamique, ce n’est pas la naissance d’un « Afriquistan », c’est ce que le géographe Olivier Dollfus appelait un « chaos borné ».

  1. Voir notamment l’article de Eric Morier-Genoud (2020), « The jihadi insurgency in Mozambique: origins, nature and beginning », in Journal of Eastern African Studies, vol. 14, no. 3, p. 396-412 []

Patrick Poncet & Olivier Vilaça

Géographes, fondateurs du Groupe Oliviers Dollfus. • Patrick Poncet est chercheur indépendant, après avoir été chercheur et enseignant-chercheur dans divers institutions universitaires. Il a publié aux Presses Universitaires de Rennes "Intelligence spatiale", ouvrage synthétisant ses recherches en géographie fondamentale et en géographie appliquée. Il est également entrepreneur et designer. • Olivier Vilaça est chercheur indépendant et professeur d'Histoire-Géographie au lycée Gustave Eiffel à Maputo (Mozambique). Spécialiste du Monde en tant qu'objet, des entreprises mondialisées et des pandémies.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search