Mais que se passe-t-il donc à Cabo Delgado ?

Que se passe-t-il dans cette province, la plus septentrionale du Mozambique, en proie à des attaques de bandes armées depuis 2017 ? Le 29 décembre encore, le village de Monjane a été attaqué sans que l’on ne comprenne très bien les motivations des assaillants, si ce n’est de semer le chaos en terrorisant la population1.

Et un chaos, c’en est un. Un “chaos borné” même, selon l’expression qu’Olivier Dollfus proposa à la fin des années 1980 pour qualifier ce genre de situation. En 1990, dans le livre second du premier tome de la Géographie Universelle dirigée par Roger Brunet, Dollfus évoquait déjà le Mozambique :

Des situations de “chaos bornés” se développent lorsque l’État et son appareil ne parviennent plus à exercer sur leur territoire les attributions de la souveraineté, lorsque l’encadrement de la population n’est plus assuré par les lois applicables à tous les habitants […]. […] C’est, en Afrique, l’Ouganda, passant d’un dictateur à l’autre; le Mozambique, en proie aux guérillas sur fond de tensions avec l’Afrique du Sud, le Burundi où s’affrontent deux populations.

Olivier Dollfus, “Le Système-Monde”, in Roger Brunet, Olivier Dollfus, Mondes nouveaux, tome 1 de la Géographie Universelle dirigée par Roger Brunet, Montpellier-Paris, 1990.

Il ne faut pas oublier, en effet, que le pays a été en proie à une guerre civile qui a duré de 1977 à 1992, lorsque la signature d’un accord de paix entre la Frelimo, aujourd’hui au pouvoir, et la Renamo, devenue le principal parti d’opposition, a mis fin aux combats — accord, plusieurs fois remis en question et à nouveau signé depuis2. Il n’y aurait donc rien d’étonnant qu’une braise mal éteinte se ranime ponctuellement. À moins que les violences actuelles soient en lien avec l’exploitation de vastes réserves de gaz naturel dans les eaux provinciales, ou qu’elles aient quelque chose à voir avec un fondamentalisme musulman implanté récemment dans la région ?

Il faut certainement un peu de tout ça pour comprendre ce qui se passe, ou peut-être rien de tout cela. Au lieu de nous perdre en conjectures, nous souhaiterions ici nous pencher sur cette arène particulière pour questionner la notion d’État. Cet État qui est incapable “d’assurer les équilibres internes et externes” toujours selon Dollfus3. Cet État tout relatif, et qui voit ses fonctions assumées par d’autres acteurs.

En effet, on peut se demander si, en ce début de XXIe siècle, l’État n’est pas (à nouveau) qu’un acteur politique parmi d’autres. Que l’on ramène l’État au monopole de la violence légitime, ou bien à sa capacité d’organiser un territoire, force est constater que de nombreux acteurs occupent le terrain dans la province de Cabo Delgado et se substituent, chacun dans un domaine particulier, à l’État mozambicain. Passons-les en revue pour voir exactement de quoi il retourne.

La présence de firmes multinationales, et gazières qui plus est !

Pour une fois, il ne s’agit pas de pétrole, mais de gaz naturel. Et de beaucoup de gaz naturel puisque les poches découvertes au début des années 1990 dans la Zone Économique Exclusive (ZÉE) mozambicaine au large de la province de Cabo Delgado constitueraient les neuvièmes réserves mondiales avec près de 5000 milliards de mètres cubes4. Après quelques rebondissements dans les négociations entre firmes, ce sont finalement Total, Exxon Mobil et Eni qui ont obtenu l’exploitation de ces gisements. Pour rappel, ces trois firmes sont respectivement aux 11e, 25e et 113e places en termes de chiffre d’affaires selon le classement Fortune 500 de 2020, et cumulent un chiffre d’affaires de près de 480 milliards de dollars, c’est-à-dire 32 fois plus que le PIB du Mozambique en 2019. Les investissements prévus pour le projet géré par Total se montent à 20 milliards de dollars.

Ces chiffres donnent un ordre de grandeur, mais pas grand chose de plus. Ce qui est intéressant ici, c’est l’ensemble des responsabilités qui accompagnent l’exploitation du projet pour ces firmes multinationales. Car l’exploitation du gaz nécessite des infrastructures et de la main d’œuvre qualifiée que le Mozambique n’a pas. Charge donc à l’entreprise de construire des routes et de former des techniciens, tout en protégeant l’écosystème et en faisant rejaillir sur les populations locales les richesses produites par l’exploitation des ressources naturelles. C’est une véritable délégation de service public donnée à des firmes qui se spécialisent de plus en plus dans la biologie marine, la formation professionnelle ou le développement local5.

Et tout cela sans compter les presque-villes (l’action de l’urbanisation n’augure pas du résultat en termes d’urbanité, surtout compte tenu du contexte, qui peut conduire au camp retranché) que les entreprises gazières et leurs plus gros sous-traitants doivent faire sortir de terre, non seulement pour établir leurs bureaux et établissements techniques, mais aussi pour loger dans de bonnes conditions, notamment de sécurité, leurs employés, sans oublier le village de remplacement construit pour loger les quelques 2000 personnes déplacées6. Sur le site construit par l’entreprise Anadarko, dont Total a racheté les parts dans le projet d’exploitation du gaz naturel7, on trouve par exemple une piste d’atterrissage d’environ 1,5 km de long qui permet de faire atterrir et décoller des avions pouvant transporter plusieurs dizaines de passagers, des habitations de type périurbain, et un rond-point qui ferait pâlir d’envie n’importe quelle municipalité française (voir images 1 et 2 ci-dessous). L’entreprise construit, aménage, protège, réhabilite, développe. L’expression “c’est un État dans l’État” — en l’occurrence un État aménageur — prend alors tout son sens.

Image 1. Une partie du site de Total dans la péninsule d’Afungi, province de Cabo Delgado au Mozambique (source: Mapbox)
Image 2. Un rond-point dans un ensemble de type périubrain construit par Total dans la péninsule d’Afungi, province de Cabo Delgado au Mozambique (source: Mapbox)

Un djihadisme opportuniste ?

L’autre acteur majeur de la région, c’est Daech, ou plutôt l’ombre de Daech puisque les liens entre les groupes armés intervenant dans la province et “l’État islamique” ne sont pas très clairs8. En 2017, l’ISCAP (la filiale régionale de Daech pour l’Afrique australe) implantée en Tanzanie se serait repliée à Cabo Delgado où elle aurait procédé à une fusion-acquisition avec Ansar Al-Sunna, un groupe djihadiste local9. Il faudrait ajouter à cela des liens avec les Chebab somaliens et avec les djihadistes implantés en République démocratique du Congo. Mais il faudra attendre 2019 pour que Daech revendique pour la première fois son implication dans le conflit mozambicain dans une opération qui ressemblerait plus à un coup marketing qu’autre chose.

Toujours est-il que les djihadistes occupent eux aussi le terrain, mais d’une toute autre manière que les firmes multinationales. Ici, les groupes armés procèdent à des attaques de villages ou de villes qu’ils occupent pendant quelques temps avant de se retirer dans les campagnes. En août 2020, ils prenaient ainsi le port de Mocimboa da Praía10, en partie utilisé par les entreprises dans leur projet d’exploitation du gaz. Plutôt que de construire, les rebelles détruisent, brûlent les maisons, tuent et jettent les populations sur les routes au lieu de chercher à gagner leur soutien, ce qui rend un brin mystérieux leurs intentions et leur modus operandi fait d’actions coup de poing qui semblent sans lendemain. Dans tous les cas, l’incapacité de l’État mozambicain de rétablir l’ordre montre bien le rôle majeur que ces terroristes, “groupes inconnus” ou djihadistes, quelle que soit l’appellation que l’on retiendra, jouent dans la province depuis 2017.

Les “pros” de la guerre privée

L’État mozambicain, impuissant face à ces troubles, a fini par sous-traiter la lutte contre les insurgés à des armées privées, ces nouveaux acteurs si caractéristiques des années 2000. Outre la société sud-africaine Dyck Advisory Group11, c’est surtout la présence de la société Wagner qui a fait la une des journaux12, même s’il semble que cette société se soit rapidement retirée de la région suite à des pertes importantes face aux insurgés. Toujours est-il qu’il s’agit encore d’une délégation de service public, mais cette fois-ci pour appliquer le principe de la violence légitime afin de maintenir l’ordre sur le territoire national. Les mercenaires, basés à Pemba, la capitale de la province, débusquent ainsi les rebelles grâce à leurs hélicoptères, sans réussir pour autant à empêcher les attaques comme celle du port de Mocimboa da Praía. Pire, le 1er janvier, une attaque du village de Quitunda, le village de remplacement des populations déplacées par le projet Total, et du camp des forces armées mozambicaines sensées protéger le site a conduit Total et ses sous-traitants à évacuer la péninsule d’Afungi. La concurrence pour le contrôle d’un territoire dont l’enjeu économique est évident semble entrer dans une nouvelle phase.

Un hotspot de l’action humanitaire

Et finalement, nous retrouvons les différentes agences ou programmes des Nations-Unies, ainsi que les organisations non-gouvernementales dont le rôle est de recueillir, loger, soigner et nourrir les centaines de milliers de réfugiés fuyant les exactions. Ils seraient plus de 530.000 déplacés13 en cette fin d’année 2020 (chiffre qui inclut les déplacés venant d’autres provinces et fuyant des violences dont la source est différente), un nombre que l’État mozambicain est incapable de gérer, d’où la subsidiarité onusienne et non-gouvernmentale dans rôle de protection des populations14.

Ici, on retrouve parmi les principaux acteurs le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations-Unies (UNHCR), le Programme Alimentaire Mondial (PAM), le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), l’UNICEF ou le Comité International de la Croix Rouge dont l’action va de la fourniture de couverture, à la construction de sanitaires, en passant par les soins pédiatriques ou la prévention des maladies sexuellement transmissibles. Cette aide est financée par les États membres de ces organisations et par les dons privés, c’est-à-dire les particuliers et les entreprises.

Un État pas si absolu que cela

Une carte synthétique reprenant les codes graphiques des cartes géopolitiques permet de voir clairement le morcellement de Cabo Delgado où chaque acteur occupe une portion plus ou moins continue de territoire, suppléant, remplaçant, contestant l’État mozambicain (voir carte 1 ci-dessous). Les positions des uns et des autres sont relativement homogènes et exclusives. Chacun son propre petit État où l’autorité de l’État central est particulièrement affaibli. Outre les États mozambicains et tanzaniens issus des indépendances africaines, on retrouve donc un État islamiste que l’on pourrait nommer “Iscapistan”, plutôt rural et côtier, ainsi qu’un micro-État occupant la majeure partie de la péninsule d’Afungi, gouverné par une firme multinationale avec le soutien militaire de l’État mozambicain. La plupart des réfugiés étant hébergés par de la famille, les quelques camps existants sont trop éparpillés et petits pour apparaître sur la carte. Enclave, zones disputées, alliances, tous les ingrédients d’un conflit interétatique sont réunis, d’autant plus que le gouvernement mozambicain s’est finalement résolu à mobiliser son armée, et non plus seulement les Unités d’Intervention Rapide (UIR), pour lutter contre l’Iscapistan. L’intervention hypothétique des forces militaires françaises ou européennes pour sécuriser la région semblerait également confirmer l’idée que les insurgés et leur territoire se transforment en une véritable puissance “étrangère” contre laquelle le Mozambique et ses alliés entrent en guerre.

Carte 1. Les territoires des États relatifs à Cabo Delgado (Cartographie: Patrick Poncet, Olivier Vilaça)

La situation que connaît le Mozambique et “sa” province de Cabo Delgado n’a rien d’exceptionnel. C’est la Somalie, la Libye, la République centrafricaine et d’autres situations similaires — mais pas la Syrie, trop “tenue” et trop anciennement urbaine — qui montrent que, dans bien des lieux, l’État n’est pas si absolu que cela. Dans le cas du Mozambique, le géographe retiendra surtout que Cabo Delgado est une province frontalière avec la Tanzanie et dont Pemba, la capitale provinciale, est distante de plus de 1660 km à vol d’oiseau avec Maputo, la capitale du pays (voire carte 2 ci-dessous). Ce qui fait qu’il y a plus de proximité géographique entre Pemba et la capitale Tanzanienne, Dar es-Salaam, d’une part, et entre Maputo et le cœur économique de l’Afrique du Sud, Johannesburg, d’autre, qu’entre les deux villes mozambicaines. Dans le territoire d’un État fort, la taille du pays ou l’éloignement d’une région par rapport au centre politique n’impliquent théoriquement pas un défaut d’autorité. Mais quand l’État a justement du mal à assoir sa légitimité, le facteur géographique jouera un rôle important. C’est bien ce qui caractérise le chaos borné mozambicain.

Carte des distances séparant Johannesburg - Maputo - Pemba - Dar es-Salaam
Carte 2. Distances Johannesburg – Maputo – Pemba – Dar es-Salaam (Cartographie: Patrick Poncet, Olivier Vilaça)

Encore faudrait-il ne pas sur-estimer la situation des États qui ne connaissent pas de conflits armés. L’autorité des États fédéraux est, par exemple, très souvent limitée, ou peut donner lieu à des cafouillages et des interrogations sur les prérogatives des uns (les États fédérés) et de l’autre (l’État fédéral), comme on a pu le voir aux États-Unis dans l’organisation de la réponse à la pandémie de Covid-19. L’affaiblissement perçu de l’État providence face à la libéralisation et la mondialisation de l’économie amène également depuis plusieurs années à questionner l’homogénéité de la réalité étatique partout dans le Monde.

D’autres acteurs que les États sont ainsi de plus en plus nombreux à partager ou contester les fonctions régaliennes de celui-ci (justice, sécurité, éducation, etc.). Et si le concept d’État est depuis longtemps questionné, il semble que des catégories simples, non fondées sur le principe de la démocratie, et valides à la fois dans le temps et dans l’espace sont nécessaires pour penser le Monde plus efficacement. Les notions d’État débordé, dépassé impliquent une situation de référence et un nécessaire retour à la “normale”. Plutôt que de s’acharner à décrire le Monde tel qu’il devrait être, il est plus pertinent de le décrire tel qu’il est. Ce qui ne revient en aucun cas à légitimer la dictature ou l’anarchie.

État absolu et État relatif, deux concepts pour mieux penser le Monde

Nous proposons le terme d’État absolu pour désigner un archétype dans lequel les fonctions régaliennes et la souveraineté territoriale ne sont pas partagées, ni confiées à d’autres acteurs que l’administration d’État, dont c’est la fonction unique et spécifique. À l’opposé, nous proposons le terme d’État relatif pour désigner un État qui, quelle qu’en soit la raison, partage ses fonctions régaliennes et sa souveraineté territoriale avec d’autres acteurs qui, très logiquement, doivent eux-mêmes être considérés comme des États de facto — eux aussi “relatifs” —, y compris s’il n’en ont pas le nom. Nous remettons donc en question la notion d’acteurs dits “non étatiques” lorsque ceux-ci assument tout ou partie du rôle de l’État.

Dans les faits, les exemples d’États absolus peuvent donc se réduire à peau de chagrin si l’on inclut dans nos critères de sélection la décision des politiques économiques. Le concept d’État relatif peut du reste intervenir comme une clé de lecture pertinente dans le cas limite de l’absence d’État, et notamment le cas de sa disparition ou de son effondrement. Ces cas correspondent à des situations dans lesquelles l’État classique et son pouvoir absolu se trouvent relativisés jusqu’à être rendus insignifiants. Entre les deux extrémités du spectre étatique, entre l’État absolu et les situations de dévolution des fonctions étatiques territorialisées à des États relatifs (groupes terroristes, multinationales, juntes militaires, pouvoirs locaux divers), s’échelonnent un grand nombre des États du Monde. C’est du reste dans la partie centrale de spectre que l’on trouve les démocraties contemporaines. Chacune expérimentant une architecture institutionnelle et géographique du pouvoir, par la séparation de pouvoirs équilibrés (“checks and balances”) et par l’existence d’échelons géographiques partiellement autonomes (subdivisions politico-administratives emboitées, fédération d’états, confédération, union d’États, etc). Aux extrémités du spectre on trouve d’un côtés les dictatures, États monolithiques n’accordant aucune autonomie aux “territoires”, et de l’autre côté les États faillis ayant abdiqué leurs prérogatives, passivement (par manque de moyens) ou activement (par la corruption), face à des acteurs “alternatifs” dont les ambitions ne sont pas plus le bien-être des populations que dans les dictatures “classiques”.

Le spectre défini à chacun de ses deux bouts par ces deux concepts — État absolu et État relatif — est donc, d’après nous, mieux à même de décrire la réalité géographique que l’idée classique et univoque d’État. Il fait passer au premier plan un aspect fondamental de la dimension spatiale des sociétés, c’est-à-dire la réalité fondamentale et matérielle du pouvoir plutôt que sa dimension politique abstraite résumée dans la description de l’appareil étatique. Mais plus encore, compte tenu de la réalité du Monde et de la nature des États qui le composent, c’est sans doute le concept d’État relatif qu’il convient de retenir comme concept central de l’analyse géographique du Monde. Et dans cette perspective, l’archétype de l’État absolu apparaît aujourd’hui comme une exception, quitte à ce qu’elle soit massive telle que la Chine de Xi Jinping. Et encore : le caractère fondamental de l’État relatif tient aussi au fait que le plus absolu des États reste de toute façon relatif aux autres, devant toujours gérer sa relation à ses voisins immédiats, à ses partenaires économiques, et in fine se positionner par rapport au Monde pris comme un tout et faire face aux problèmes mondiaux. En un sens, l’État absolu n’existe plus.

Documents
Références

  1. Les aspects factuels de cet article s’appuient en grande partie sur les divers numéros de la newsletter de Joseph Hanlon: Mozambique News Reports & Web Clipping. []
  2. L’accord a été signé pour la dernière fois en août 2018, juste avant les élections présidentiels mozambicaines []
  3. Olivier Dollfus, L’Espace Monde, Economica, Paris, 1994, p.95. []
  4. Bastien Cabrol, Direction générale du Trésor, “Le gaz au Mozambique”, 27 décembre 2017. []
  5. Total/Mozambique LNG, ESHIA Executive Summaryand Update, 14 mai 2020 []
  6. African Development Bank Group, LNG Mozambique, Resettlement Action Plan (RAP) Summary, avril 2019. []
  7. En 2019, c’est l’entreprise Chevron qui devait acquérir Anadarko Petroleum pour 33 milliards de dollars. Mais c’est finalement Occidental Petroleum qui fait l’acquisition pour 38 milliards de dollars. L’entreprise Total achètera, elle, les parts d’Anadarko dans le projet de gas naturel liquifié mozambicain en septembre de la même année. []
  8. Cyril Bensimon, “Le Mozambique, entre gaz et djihad”, Le Monde, 15 novembre 2019. []
  9. Laurent Larcher, “Au Mozambique, des massacres djihadistes au coeur d’une région convoitée”, La Croix, 12 novembre 2020. []
  10. Beaucoup d’informations utilisées dans cet article ont été tirées du site Club of Mozambique, basé à Maputo et créé par Adrian Frey, et qui fait référence sur l’actualité concernant le Mozambique. []
  11. Tonderayi Mukeredzi, “Mozambique’s Insurgency Is a Regional Problem”, in Foreign Policy, juillet 2020. []
  12. Tara John, “Russian mercenaries fight shadowy battle in gas-rich Mozambique”, CNN, 29 novembre 2019. []
  13. ONU, “Fighting displaces over 500,000 in Northern Mozambique, reports UN refuge agency”, UN News, 18 décembre 2020. []
  14. OCHA, Flash Appeal for Covid-19 – Mozambique, mai-décembre 2020. []

Patrick Poncet & Olivier Vilaça

Géographes, fondateurs du Groupe Oliviers Dollfus. • Patrick Poncet est chercheur indépendant, après avoir été chercheur et enseignant-chercheur dans divers institutions universitaires. Il a publié aux Presses Universitaires de Rennes "Intelligence spatiale", ouvrage synthétisant ses recherches en géographie fondamentale et en géographie appliquée. Il est également entrepreneur et designer. • Olivier Vilaça est chercheur indépendant et professeur d'Histoire-Géographie au lycée Gustave Eiffel à Maputo (Mozambique). Spécialiste du Monde en tant qu'objet, des entreprises mondialisées et des pandémies.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search