Patrick Poncet et la reconnaissance académique de l’indépendance scientifique

Mercredi 2 décembre, Patrick Poncet a soutenu avec brio son Habilitation à diriger des recherches (HDR), le plus haut diplôme universitaire français.

C’est un événement pour nous qui connaissons Patrick depuis plus ou moins 25 ans, et qui cheminons intellectuellement avec lui depuis tout ce temps autour d’une discipline, la géographie, et plus généralement de tout ce qui contribue à l’émergence d’une science du social.

Boris Beaude le connaît depuis les bancs de l’université Paris 7, où ils étudiaient ensemble la géographie au début des années 1990. René-Eric Dagorn et Olivier Vilaça depuis un colloque organisé par le GEMDEV en 1996, dans lequel intervenait Olivier Dollfus. Blandine Ripert depuis le lancement d’un projet de recherche sur les technologies de l’information et de la communication en 2002, et Marc Dumont à l’occasion d’un projet sur « Les échelles de l’habiter » en 2003.

A partir de ces différents moments, nous avons cheminé parfois ensemble – pour transformer la revue Espaces Temps en EspacesTemps.net, enseigner la géographie politique à Sciences Po Paris ou pour rédiger L’invention du Monde – et parfois également, et trop souvent, chacun de notre côté.

Mais pendant tout ce temps, Patrick aura certainement été le plus fidèle à notre amitié intellectuelle, un véritable trait d’union entre nous tous. Car Patrick a la particularité de nous avoir lus, tous, en cherchant à savoir sur quoi nous travaillions et comprendre quel était le fond de notre pensée. Il a fait cela naïvement, sans affect, et sans préjugé non plus, avec un véritable regard de scientifique.

C’est très flatteur, mais c’est aussi parfois anxiogène, car il est difficile de trouver un lecteur plus rationnel, plus concerné et plus aigu que lui. Nos travaux respectifs sont régulièrement décortiqués, lentement, systématiquement, afin d’être complètement assimilés. Et c’est généralement là que les ennuis commencent, puisque Patrick va déceler toutes les contradictions, les paresses intellectuelles, les manquements de ce que nous aimerions pourtant penser comme étant définitif. Heureusement pour nous, il identifie également toutes les forces de notre raisonnement, les concepts les plus prometteurs, tous les points qui méritent d’être mieux forgés et polis pour nous faire aller plus loin. Il a aussi cette capacité à renverser une idée, une proposition pour nous les faire voir sous un tout autre angle, auquel nous n’aurions jamais pensé. Cela ne signifie pas forcément être toujours d’accord avec lui, en revanche, c’est toujours éminemment stimulant par ce regard novateur que peu de personnes savent avoir. N’est-ce pas cela, d’ailleurs, la véritable activité scientifique dialogique, plutôt qu’un cumul d’effets de citation, ou au mieux de lecture frôlée, esquive facile à tous débats exigeants ?

En quelques mots, Patrick est un scientifique, un véritable, qui ne se berce pas de mots et ne juge pas de la justesse de son propos selon que la tournure de sa phrase est belle ou pas. Il ne reconnaît donc pas d’exception scientifique à la géographie et plus généralement la science du social. Celle-ci doit être nourrie de la démarche scientifique, et se préserver de l’idéologie ou du militantisme.

En résumé, il y a chez Patrick une intransigeante intransigeance quant à la méthode scientifique, mais également une incroyable plasticité quand il s’agit d’accueillir de nouvelles idées, de nouveaux concepts ou systèmes.

Au-delà de l’influence qu’il a au sein de notre groupe, on peut alors se demander quel a été, et quel sera le rôle de Patrick dans la construction et l’évolution de la géographie ? On ne peut que regretter le manque d’écho intellectuel accordé à ses apports à la discipline jusqu’à présent. Sans doute celui-ci doit-il aussi se lire comme le symptôme indirect d’un état du monde académique, particulièrement en France, où il s’agit trop souvent moins de lire, être soucieux de découvrir, dialoguer, controverser et faire progresser la science, que d’outiller sa propre petite fabrique des réseaux de sociabilité académique comme l’aura constaté un Pierre Bourdieu (Science de la science et réflexivité) et en consolider les multiples « clubs » souvent concurrents.

Reste que, pour nous, il est avant tout l’inventeur de l’intelligence spatiale, à la fois une technique qui guide l’action et une macro-théorie qui pense l’espace comme une dimension essentielle du social. Malgré la discontinuité de nos relations liée à nos trajectoires personnelles respectives, nous avons été les témoins privilégiés de la construction de cette nouvelle discipline qu’il a conceptualisée dans un ouvrage paru en 2017. Intelligence spatiale, puisque c’est son titre, pourra sembler abscons à de nombreux lecteurs. Mais, nous qui lisions L’Espace légitime de Jacques Lévy au milieu des années 1990, sommes bien placés pour savoir que ce qui paraît difficile à comprendre et à conceptualiser un jour, pourra être considéré comme étant de l’ordre de l’évidence le lendemain.

Aujourd’hui, nous nous réjouissons donc du succès de cette HDR, car c’est la validation et la reconnaissance du parcours atypique d’un électron libre de la géographie et de la puissance de son approche théorique. Aussi, nous ne pouvons pas non plus nous en satisfaire, et ne doutons pas un instant que cette habilitation à diriger des recherches n’est, ne doit être, qu’une étape dans une aventure intellectuelle qui s’engage dans une nouvelle phase, celle d’une institutionnalisation pleine et entière de l’intelligence spatiale et de son inventeur, à laquelle nous appelons de tous nos vœux !


Boris Beaude, René-Eric Dagorn, Marc Dumont, Blandine Ripert, Olivier Vilaça

Géographes, membres du Groupe Oliviers Dollfus. • Boris Beaude est Professeur en cultures, sociétés et humanités numériques à l'Université de Lausanne • René-Eric Dagorn est agrégé d'histoire, doctorant en science politique (Université de Versailles Saint-Quentin – UVSQ), et enseigne les relations internationales et la géopolitique à SciencesPo Paris (Euro-American Program à Reims), en Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (géographie et géopolitique), et à AgroParisTech-Paris. • Marc Dumont est Professeur des Universités en urbanisme et aménagement de l'espace à l'Université de Lille 1. • Blandine Ripert est Directrice de l'Institut Français de Pondichery. • Olivier Vilaça est chercheur indépendant et professeur d'Histoire-Géographie au lycée Gustave Eiffel à Maputo (Mozambique).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search