L’intelligence spatiale, une discipline reconnue

L’Université polytechnique des Hauts de France (UPHF) vient de créer une chaire d’intelligence spatiale, dirigée par le géographe Jacques Lévy (Prix Vautrin-Lud 2018). Le Groupe Olivier Dollfus ne peut que se réjouir de cette initiative qui reconnaît l’importance de cette nouvelle discipline.

Ceci étant dit, il reste à répondre à la question que tout le monde se pose : l’intelligence spatiale, qu’est-ce que c’est au juste ?

Pour faire simple, c’est à la fois une technologie et une macrothéorie, que Patrick Poncet, géographe et membre du Groupe Olivier Dollfus, a construite au début des années 2010, et qu’il a par la suite formalisée dans un livre paru aux Presses Universitaires de Rennes en 20171.

Une technologie

On l’aura deviné, l’intelligence spatiale a beaucoup à voir avec la géographie. Tout d’abord parce que son ambition première est d’opérationnaliser la géographie, c’est-à-dire de la mettre en pratique pour aider les agents économiques (publics ou privés) à résoudre les problèmes d’ordre spatial auxquels ils sont confrontés, mais aussi à faire fructifier leur capital spatial. De ce point de vue là, l’intelligence spatiale apparaît comme « une extension de la géographie académique vers le monde de l’action ».

Cette opérationnalisation de la géographie n’est pas une nouveauté. Historiquement, la géographie a tout d’abord été un savoir pratique avant de devenir une discipline académique. D’autre part, de nombreux géographes universitaires ont été impliqués dans des projets d’action-recherche dont la dimension opérationnelle ne peut être niée. Mais encore fallait-il organiser les concepts, les techniques, les informations et les expertises utilisés par les uns et les autres pour rendre la géographie « actionnable » et en faire une technologie. C’est ce qu’a fait Patrick Poncet en se basant à la fois sur ses propres travaux de recherche et sur les prestations qu’il a effectuées en tant qu’entrepreneur pour divers acteurs.

Au centre de cette dimension technologique se situe le bilan spatial, une approche inspirée du bilan comptable où les actifs spatiaux (les espaces) s’équilibrent nécessairement avec les passifs (les spatialités). La démarche peut sembler non conventionnelle, elle n’en est pas moins particulièrement pertinente pour un dirigeant d’entreprise, ou de toute organisation, pour qui le bilan est un instrument de pilotage essentiel. Le bilan spatial devient alors une outil extrêmement efficace pour aborder simplement la dimension spatiale des organisations.

Vient alors une autre question à laquelle il faut répondre également : est-ce que ça marche ? Il faut croire que oui si l’on en croit Patrick Poncet qui partage dans son livre le travail qu’il a effectué pour l’entreprise Peugeot en 2012, le constructeur automobile cherchant à mieux comprendre les pratiques de mobilité de la population française. Le résultat est une matrice (le modèle DTλ pour Domicile, Travail et Lieux autres dit “Lambda”) qui présente 22 situations différentes d’urbanités individuelles (voir figure ci-dessous) selon le lieu où se déroule la sociabilité domestique (le domicile), la sociabilité spécifique (ex : le travail) et la sociabilité générique (ex : les loisirs).

Ce modèle constitue, pour une entreprise dont la mobilité est le métier, une grille de lecture exhaustive (toutes les situations sont couvertes) et pertinente pour caractériser l’ensemble de la population française en fonction de ses spatialités et, donc, envisager une stratégie de développement globale et très fine à la fois.

L’intérêt de ce modèle est qu’il n’est pas figé, et qu’il peut s’appliquer à différents acteurs ou environnements. Une déclinaison en termes de développement urbain, par exemple, a déjà été initiée et pourrait être testée et étendue dans le cadre d’un projet de thèse de doctorat. Car c’est là tout l’intérêt de l’intelligence spatiale, car cette discipline met sur un pied d’égalité l’opérationnel et la théorie, et permet de multiples allers-retours entre une conceptualisation très poussée du réel, et une mise en application de ces concepts sous la forme d’une technologie innovante pour des acteurs économiques.

Le modèle DTλ

Une macrothéorie

L’autre ambition de l’intelligence spatiale est de constituer une théorie générale de la géographie. Projet pertinent si l’on pense à l’ensemble des géographies, qu’elles soient thématiques (géographie du tourisme, du développement, etc.), analytique (qui proposent une description détaillée de spatialités) ou synthétique (qui proposent des théories de l’espace), qui coexistent aujourd’hui et qui ont parfois du mal à se comprendre tant les notions qu’elles utilisent peuvent paraître éloignées.

Patrick Poncet propose donc une approche très méthodique pour définir un certain nombre de concepts communs à toutes les géographies, comme ceux de métrique ou d’échelle, en ne souhaitant toutefois pas « entrer en concurrence avec les théories propres à chacun des champs spécifiques de la géographie, puisque privilégiant avant tout la cohérence globale de l’ensemble ».

Si l’ambition peut paraître démesurée, elle n’en est pas moins utile, surtout si elle permet une réflexion d’envergure, réunissant des géographes de tous horizons. Car cette macrothéorie donne une cohérence à l’ensemble, plutôt que d’exclure telle approche ou de jouer sur les oppositions classiques du type géographie humaine / géographie physique.

Tout cela pour dire que nous sommes impatients de prendre connaissance des premiers travaux de la chaire d’intelligence spatiale de l’UPHF, en espérant qu’ils permettront de populariser la notion, et qu’ils pousseront encore plus en avant les travaux initiés par Patrick Poncet.

  1. Patrick Poncet, L’Intelligence spatiale, Presses Universitaires de Rennes, 2017 []

Olivier Vilaça

Géographe, chercheur indépendant et professeur d'Histoire-Géographie au lycée Gustave Eiffel à Maputo (Mozambique). Spécialiste du Monde en tant qu'objet, des entreprises mondialisées et des pandémies.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search