« La géographie, ça sert d’abord à mieux lire son journal ! »

Au milieu des années 1990, à ses étudiants de l’université de Paris 7 qui lui demandaient si faire de la géographie pouvait contribuer à changer le Monde, Olivier Dollfus répondait invariablement: « la géographie, ça sert d’abord à mieux lire son journal ! ».

Avec le temps, il nous semble que l’on peut donner plusieurs sens à ce conseil, qui répondait aussi sans doute à la célèbre maxime d’Yves Lacoste1. Le premier sens est pragmatique, dans la mesure où Dollfus nous recommandait sans doute d’accepter le réel tel qu’il est, et de se souvenir que l’objectif de la science du social est de le décrire dans toutes ses dimensions, sans faire intervenir aucune idéologie — ce qui est la logique et la fonction fondamentales de la science : chercher à supprimer la subjectivité dans la description, produire une description objective2. Dans le cas d’une lecture de journal, l’actualité renseigne le chercheur, le nourrit de faits qui alimentent sa réflexion.

Le deuxième sens est méthodologique, rappelant en quelque sorte la qualité des outils à la disposition des géographes pour comprendre l’actualité, et notamment toute situation qui implique une localisation, c’est-à-dire, en fait, toute l’actualité.

Le troisième sens, enfin, est systémique et lié à la spécificité de la géographie française qui a su construire des grilles de lecture extrêmement efficaces pour donner sens à l’enchevêtrement des actualités qui, sans cela, pourrait paraître chacune anecdotique.

Prendre le réel tel qu’il est

Le chercheur peut-il, doit-il chercher à changer le Monde pour le rendre meilleur, ou bien doit-il se contenter de l’observer pour le décrire ? Pour Dollfus, la première posture était inenvisageable, même s’il reconnaissait tout à fait que le travail du chercheur pouvait consister à informer le décideur pour l’aider à faire des choix avisés. Il invitait alors ses étudiants à se comporter en véritables scientifiques et à prendre du recul, ou plutôt de la hauteur par rapport à la marche du Monde, en laissant de côté tout biais idéologique. Il ne s’agissait pas pour autant d’ignorer le Monde, mais de le considérer autant que possible d’un point de vue à la fois impartial et neutre.

Mais pourquoi, alors, nous parler de journal, et non pas, par exemple, de terrain, que Dollfus pratiquait avec assiduité et une curiosité sans cesse renouvelée ? Peut-être, tout d’abord, parce qu’il était un lecteur compulsif de la presse, et notamment du journal Le Monde qu’il se précipitait d’acheter dès sa sortie en kiosque en fin d’après-midi3. Mais aussi, et surtout, parce qu’un journal est une fenêtre sur le Monde. Le moyen le plus rapide et le plus fiable, en tout cas à l’époque, de savoir ce qu’il se passe ici et partout ailleurs. Et Dollfus était un géographe au sens propre, c’est-à-dire quelqu’un dont le but est avant tout de décrire le Monde, à la fois dans ses continuités et discontinuités, dans ses évolutions et ses manifestations les plus édifiantes, de la métropolisation du Monde à l’émergence de chaos bornés, de la vie des habitants des contreforts de l’Himalaya ou de la Cordillère des Andes, à la place financière de Zurich.

Dans ces conditions, lire le journal est plus qu’une hygiène intellectuelle quotidienne nécessaire à tout penseur. Mieux le lire c’est être capable de repérer des situations, des histoires, des exemples précis que l’on peut mobiliser pour constituer un corpus de cas nécessaire pour alimenter une réflexion plus théorique et plus vaste, et tout en gardant un œil critique sur ce que transcrit le journaliste.

Une sacrée boîte à outils

Dans l’esprit de Dollfus, il est certain que ce regard critique était particulièrement possible grâce aux formidables outils dont dispose la géographie pour décrypter l’actualité. Ces outils permettent au lecteur géographe d’aller au-delà des mots, ou en tout cas de ne pas s’en satisfaire, et de s’approprier l’actualité pour y découvrir, ou en construire un sens fondé sur une analyse systématique.

Entendons-nous bien : ce n’est certainement pas le propre de la géographie que de proposer des outils conceptuels qui permettent d’analyser efficacement l’actualité, mais étant donné que l’espace est, avec le temps, une dimension fondamentale de la réalité, il est raisonnable de penser que les outils du géographe sont particulièrement pertinents pour analyser toute actualité. Le géographe peut ainsi lire son journal en se posant systématiquement la question « pourquoi ici et pas ailleurs », et l’exercice mental qu’il fait pour répondre à cette question lui permet d’analyser efficacement telle ou telle situation.

Il peut alors mobiliser des outils tels que l’échelle qui permet de mieux saisir la façon dont les nouvelles, des plus locales aux plus mondiales, s’articulent et interagissent. Cela est particulièrement efficace pour comprendre, par exemple, les enjeux des délocalisations et de l’État débordé par la mondialisation. Les modalités d’articulation entre les sociétés et leurs milieux naturels constitue un autre outil extrêmement efficace pour saisir la complexité des dynamiques et les enjeux du changement climatique ou les bouleversements que connaît la biodiversité. On pourrait également mentionner le couple territoire/réseau qui, malgré ses défauts, reste redoutablement efficace pour appréhender les puissants objets que sont devenus les métropoles et les entreprises mondialisées. On pourrait évoquer aussi le modèle centre/périphérie, le couple centripète/centrifuge, l’écoumène, etc.

Mieux lire son journal, c’est ainsi l’analyser. Ou en tout cas analyser chacun de ses articles, en fonction d’un outil spécifique, et indépendamment les uns des autres. Mais Dollfus allait bien plus loin.

Savoir lire le Monde

Avec et sans mauvais jeu de mots, la géographie permet de lire le Monde comme un tout, que ce soit dans le journal Le Monde ou ailleurs. Chaque article perd alors son caractère anecdotique et peut être relié à l’ensemble des autres, au-delà de la catégorie dans laquelle il est rangé dans le journal, pour faire système. Tout cela est rendu possible grâce à des grilles de lecture que les géographes ont construites ces trente dernières années. Mais plus que de géographie tout court, c’est de géographie française dont il faudrait parler ici, car ces grilles de lecture systémiques, on les doit pour beaucoup à Olivier Dollfus, qui expose la sienne dans Le système Monde, le second livre du premier tome de la Géographie Universelle publiée en 1990, ou encore à Marie-Françoise Durand, Jacques Lévy et Denis Retaillé qui ont proposé quatre grilles de lecture complémentaires et concurrentes dans Le monde : espaces et systèmes, publié deux ans après.

Chez ces derniers, chaque grille de lecture repose sur une façon de penser et d’organiser l’espace mondial : le territoire, le network ou réseau hiérarchisé, l’horizont (un territoire aux contours flous), et le rhizome (un réseau non hiérarchisé). Le Monde peut être ainsi pensé comme: 1) un ensemble de civilisations dont la dimension spatiale est composée de territoires aux contours flous (des horizont selon le terme utilisé dans l’ouvrage) ; 2) un ensemble d’États qui se situent dans autant de territoires ; 3) un réseau de relations principalement commerciales et hiérarchisées, dont la dimension spatiale réticulaire est appelée network ; 4) et enfin l’espace d’une société dont la dimension spatiale est le rhizome, un espace réticulaire mais non hiérarchisé. Le principal intérêt de ce système de systèmes est qu’il n’envisage pas le Monde de façon univoque, mais qu’il propose au contraire de l’appréhender selon plusieurs points de vue : culturel, géopolitique, économique et sociétal. Il est alors possible de lire le journal selon un seul de ces modèles, ou bien en les mettant en tension les uns avec les autres, ce qui permet une richesse de lecture assez inédite et difficilement égalable.

La grille de lecture proposée par Dollfus est tout aussi riche, même si sa formalisation est, en apparence, plus classique. Elle a néanmoins l’avantage de mieux intégrer la nature dans l’ensemble et, surtout, de ne pas pouvoir être suspectée de vouloir imposer une vision téléologique du Monde où le cours de l’humanité nous ferait passer immanquablement d’un modèle à un autre, le modèle dit « sociétal » étant le modèle le plus abouti vers lequel nous nous dirigerions irrémédiablement. Loin de vouloir critiquer l’idée que le Monde devient l’espace d’une société, idée qui est essentielle pour qui veut mieux lire le journal, il nous semble important d’insister ici sur le fait que le principal apport d’Olivier Dollfus est d’avoir proposé une grille de lecture du Monde qui soit libre de toute idéologie.

Ces grilles de lecture, pour anciennes qu’elles soient, sont toujours pertinentes aujourd’hui, même si l’ambition du groupe Olivier Dollfus est aussi de les faire évoluer pour les rendre encore plus efficaces4.

Une certaine idée du monde

Le conseil de Dollfus à ses étudiants est toujours valable vingt-cinq ans plus tard et malgré le bouleversement des médias par l’arrivée d’Internet. Il parlait de journal, car c’était alors le principal média disponible pour informer le penseur sur le cours de l’actualité. Mais le principe reste le même quelle que soit la source d’information.

Au fond, ce que voulait dire Dollfus c’est que le métier de géographe peut prendre la forme de la synthèse, peut s’attaquer au tout et pas seulement à ses parties, mais cela suppose de posséder une maîtrise technique spécifique, une théorie du tout, c’est-dire une théorie du Monde. Mais il disait aussi que cette théorie était un aboutissement provisoire, à sans cesse reconsidérer, amender et améliorer, élaboré à partir d’un matériau empirique qui avait cette qualité synoptique que requière l’étude de la totalité, son appréhension en un clin d’œil, d’un seul mouvement, à un moment donné, presque charnellement. Une expérience quasi-physique du Monde, celle de la lecture, que n’efface pas la numérisation des médias.

Le Monde, la réalité géographique, et Le Monde, le journal, semblaient comme mis en balance, comme les deux côtés d’un même bilan5 géographique du Monde : à l’actif, l’espace mondial, avec ses structures, sa carte, sa théorie, le système Monde ; au passif, une expérience quotidienne du Monde, le moment réglé comme une horloge de la lecture du Monde, une manière de le vivre par l’entremise des nouvelles, des analyses, des opinions, des éditoriaux, des brèves, des entrefilets, des nécrologies, des récits, parfois brillants et éclairants, des monuments de la géographie, mais avant tout un moment de géographie vécu6; bref, ce qu’un certain jargon désignerait comme une spatialité du mondial, une manière de vivre le Monde.

C’est dans ce face-à-face de la théorie et de l’expérience, cette mise en correspondance des idées générales et des lectures particulières, que se construit peu à peu une vision du Monde. Vision globale qui n’est assurément pas le simple résultat d’une addition d’expertises profondes mais microcosmiques, qui sera toujours plus que l’œuvre collective de ceux qui savent à peu près tout sur à peu près rien, qui devra aussi s’accommoder du regard de ceux qui savent à peu près rien sur presque tout.

Dans son parcours, Dollfus n’a toutefois pas été le dernier à parcourir le Monde, à faire du terrain. D’abord au Pérou et en Amérique Latine, dont il fût un expert reconnu7, puis au Népal comme géomorphologue déjà très « humain » et plus tard en visite sur le terrain de ses doctorants ; mais aussi dans son parcours du globe, comme collectionnant les voyages répétés aux mêmes endroits, pour mieux en saisir l’évolution (certains se souviennent qu’à l’évocation d’un pays il signalait fièrement le nombre de fois qu’il s’y était rendu). Mais malgré les efforts, personne ne peut expérimenter le Monde dans sa totalité, et une fois acquise une certaine familiarité avec la réalité, une fois capable de saisir ce que l’écrit signifie dans le réel, la lecture quotidienne du journal devient un moyen adapté à la saisie du Monde le plus proche de l’expérience de terrain. C’est peut-être le seul, et peut-être le meilleur moyen d’être en même temps là et ailleurs.

Olivier Dollfus aurait probablement pu dire, s’inspirant d’un autre avant lui : « Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée du Monde. Le sentiment me l’inspire aussi bien que la raison. »8

  1. En 1976, à la suite d’un voyage au Vietnam alors en guerre avec les États-Unis, le géographie Yves Lacoste publiait La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, un ouvrage qui fera date et arrimera définitivement la géographie française à la géopolitique. []
  2. Cela n’empêchait cependant pas Dollfus, dans ses descriptions de paysages par exemple, de revendiquer d’en exprimer aussi toute la beauté qu’il y voyait. []
  3. On parle ici d’une époque pendant laquelle Internet n’était pas encore public et, quand cela a été le cas, ne disposait pas de journaux en ligne. []
  4. C’est un des objectifs de ce site, s’appuyant notamment sur la théorie de l’intelligence spatiale []
  5. Patrick Poncet, 2017, Intelligence spatiale, Presses Universitaires de Rennes []
  6. Jean-Claude Guillebaud, « Il était une fois… 100 mètres de trottoir à Calcutta », Le Monde, 20 août 1979 https://www.lemonde.fr/archives/article/1979/08/20/calcutta-100-metres-de-trottoir_2772470_1819218.html — article réservé aux abonnés []
  7. https://www.espacestemps.net/articles/trois-parcours-avec-olivier-dollfus/ []
  8. « Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France […]» Charles de GAULLE (1890-1970), Mémoires de guerre, tome I, L’Appel, 1940-1942 (1954) []

Patrick Poncet, Blandine Ribert & Olivier Vilaça

Géographes, fondateurs du Groupe Oliviers Dollfus. • Patrick Poncet est chercheur indépendant, après avoir été chercheur et enseignant-chercheur dans divers institutions universitaires. Il a publié aux Presses Universitaires de Rennes "Intelligence spatiale", ouvrage synthétisant ses recherches en géographie fondamentale et en géographie appliquée. Il est également entrepreneur et designer. • Blandine Ripert, ethno-géographe, est Directrice de l'Institut Français de Pondichery et chargée de recherche CNRS depuis 2001. Ses recherches portent sur les dynamiques contemporaines au Népal et en Inde, qu’elle aborde d’un point de vue spatial, social, culturel, politique et religieux. • Olivier Vilaça est chercheur indépendant et professeur d'Histoire-Géographie au lycée Gustave Eiffel à Maputo (Mozambique). Il est spécialiste du Monde en tant qu'objet, des entreprises mondialisées et des pandémies.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search