Fallait-il foutre le camp ?

Le 3 avril 2020, paraissait dans le journal Libération une tribune cosignée de Patrick Poncet et Olivier Vilaça intitulée La ville protège-t-elle des épidémies ? (accès autorisé au non-abonnés pour un nombre limité de consultations). 

Dans ce texte, les auteurs tentent de mettre un peu d’ordre dans le fatra des hypothèses qui ont surgi, au début de la pandémie de Covid-19, pour tenter d’en comprendre la géographie quelque peu bizarre, et en tout cas posant question. Interrogations qui fleurissent dans un contexte où l’on apprenaitavec une stupeur que 1,2 millions de personnes avaient quitté l’Île-de-France à la fin du mois de mars !

Fallait-il leur donner raison ? La ville est-elle intrinsèquement dangereuse pour ses citadins en période épidémique ? La grande ville est-elle plus protectrice que la petite ? Le centre-ville que la banlieue ? Fallait-il au contraire condamner cet exode urbain ? Était-il si peu rationnel ou le fruit des amours de l’arrogance bourgeoise et de la suffisance parisienne ?

Les auteurs répondent en trois temps à ces interrogations.

  1. En examinant d’abord ce qu’on pourrait appeler la géodynamique des pandémies, il est assez facile de comprendre la raison d’une géographie qui semblait toucher les petites villes avant les grandes ;
  2. En ayant recours au concept de spatialité, il est assez facile rendre lisible les relations qu’entretiennent le milieu urbain et les pandémies, à toutes fins utiles ;
  3. En rappelant la manière dont les humains habitent l’espace et se composent une géographie personnelle, véritable cocktails d’urbanités variées, il est assez facile de voir dans le départ de quelques uns bien d’autres choses que l’exercice d’une privilège de classe (fût-elle spatiale).

Une lecture barrière efficace contre l’embarras géographique !


Le Groupe Olivier Dollfus

Le groupe Olivier Dollfus réunit des géographes qui ont été les étudiants — souvent devenus les amis — ou les lecteurs passionnés d’Olivier Dollfus. Ils se reconnaissent tous dans cette figure de la géographie qui aura marqué sa discipline des années 1970 jusqu’à sa disparition en 2005, que ce soit dans ses travaux de recherche, ou dans son rapport aux autres et au monde.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search