Géodynamique des pandémies

D’un point de vue géographique, le terme pandémie désigne une épidémie qui touche le monde entier. Le préfixe « pan » renvoie à l’idée de totalité. Or, le terme de pandémie, n’est pas seulement utilisé dans le cadre d’un constat fait a posteriori, pour dire qu’une épidémie s’est propagée à toute la planète. Bien au contraire, un des enjeux de l’analyse géographique des épidémies, notamment dans la perspective d’une prévision, consiste dans la capacité à repérer dans un phénomène épidémique localisée quelque part sur la planète le germe d’une pandémie, c’est-à-dire d’une épidémie se déployant à l’échelle du monde entier, une épidémie mondiale. Autrement dit, comment parler de pandémie avant le terme d’une épidémie ? Peut-on parler de pandémie autrement qu’en constatant a posteriori l’ampleur qu’a prise un épidémie ?

C’est là qu’une certaine dose d’intelligence géographique des épidémies nous éclaire. Car une épidémie est un phénomène dont la géographie n’est pas si banale qu’elle en a l’air ou que souvent on se l’imagine.

Ce qui rend un virus inamical a partie lié à une forme particulière de géographie : une géographie virtuelle. Le « pan » de pandémie, en pratique, désigne plutôt une anticipation de la part des observateurs, l’idée que l’on se fait, un peu après le démarrage de l’épidémie, de sa géographie in fine. Et on serait tenté d’ajouter : de la géographie de l’humanité in fine.

C’est sur la foi de cette géographie en devenir, cette géographie supposée, qu’une épidémie devient une pandémie dans la bouche des observateurs.

Mais à cette géographie virtuelle s’en ajoute une autre, qui est la signature spatiale de l’épidémie. Car chaque agent pathogène a son propre mode de diffusion (mode de transmission physique, rapidité d’action délétère — mortelle notamment —, durée de la période asymptomatique, la période de contagiosité, etc.) qui, combiné à sa létalité intrinsèque (le risque de mourir une fois infecté puis atteint par la maladie) définissent sa géographie propre. Dans le cas du SARS-CoV-2, la létalité ne semble pas très élevée en comparaison d’autres pathogènes tels qu’Ebola, qui tue tellement vite et fréquemment les patients infectés qu’il n’a pas le temps de se diffuser, pour peu que soient prises des mesures de confinement localisées. SARS-CoV-2 au contraire prend son temps, et tue peu ; mais il va donc loin. Comme il est assez contagieux, il peut être transmis en chaîne assez rapidement à un grand nombre de personnes, et cela d’autant que la période durant laquelle on est contagieux sans le savoir est assez longue. On comprend donc qu’à ce mode de transmission, on pourrait dire ce mode d’existence spatiale, correspond une géographie qui peut couvrir le monde entier, surtout dans un Monde sillonné en permanence par des flux de personnes, dont certaines porteuses du virus à leur insu. On pourrait dire que, si l’on devait demander au virus son passeport (il en a été question…), ce qui constituerait une part de son identité c’est cette géographie de la maladie, une carte d’identité qui serait une carte géographique.

Et cette identité géographique, une fois connue, nous renseigne sur le caractère ultérieurement pandémique d’une épidémie en cours de démarrage quelque part.

Mais le terme pandémie n’a pas fini de nous étonner. Car la géographie d’un agent pathogène, si elle promet un développement mondial, doit aussi être appréhendée de manière dynamique. C’est-à-dire dans le temps. Une pandémie, c’est aussi un espace-temps. Ça se déroule. Ça a lieu quelque part un moment donné, puis ailleurs plus tard. Si bien que le « pan » de pandémie n’est jamais réalisé, à aucun moment la pandémie n’est au même de stade partout. Elle n’aura été une pandémie que dans la mesure où, en chacun des lieux habités du globe (ou presque), elle aura été une épidémie à un moment donné.

À la différence d’autres phénomènes, dont la géographie est caractérisée par leur diffusion puis leur persistance là où ils sont « passé », la plupart du temps une épidémie ne fait que passer. Elle est pareille aux flammes d’un feu de brousse. À partir d’un foyer, elle se propage au voisinage, mais n’est plus active au bout d’un certain temps dans les zones touchées. Ayant fait sont lot de victimes, une proportion plus ou moins grande de la population (modulée par à la fois sa virulence et les mesures de protection disponibles – allant de rien au vaccin en passant par l’absence de masques en réserve…), le virus ne trouve plus d’hôtes à infecter et ne se réplique plus. C’est donc cette fois-ci la géographie du monde, celle de l’interconnexion des lieux entre eux et de la vulnérabilité plus ou moins grande des populations rencontrées par le virus qui va servir de plan de déplacement au « front épidémique», pourrait-on dire.

Pour illustrer cette troisième dimension géographique des pandémies, on peut se reporter à la belle simulation d’une pandémie qu’ont produit le Professeur Dirk Brockmann et son équipe, à l’Institute for Theoretical Biology (ITB) de l’université Humboldt (Berlin).

Simulation de la propagation d’une pandémie (Pr Dr.Dirk Brockmann, Institute for Theoretical Biology (ITB), Berlin Humboldt University).

Même si cette cartographie dynamique n’est pas celle d’une véritable pandémie historique, elle en imite la géographie en utilisant la spatialité du virus, cette identité géographique dont nous avons exploré les aspects, en l’injectant quelque part sur la planète. On voir alors se déployer la pandémie, le rythme de ce déploiement variant beaucoup, lent au début, fulgurant ensuite, puis plus calme, en dessinant des motifs géographiques qui, tout en suivant les lignes de forces de la mobilité mondiale contemporaine, présentent des fluctuations complexes, notamment en fonction de l’épicentre choisi et des espaces rencontrés en chemin par le virus. 

Du fait de sa dimension fondamentalement géographique, une pandémie est donc un outil extrêmement intéressant pour le géographe, en cela qu’elle met à jour la structure et le fonctionnement du Monde. Et contrairement à une cartographie classique, elle révèle le Monde sans passer à côté de ses spatialités, c’est-à-dire les manière les manière de l’habiter et de le vivre. Pas mal pour un tueur itinérant !


Patrick Poncet & Olivier Vilaça

Géographes, fondateurs du Groupe Oliviers Dollfus. • Patrick Poncet est chercheur indépendant, après avoir été chercheur et enseignant-chercheur dans divers institutions universitaires. Il a publié aux Presses Universitaires de Rennes "Intelligence spatiale", ouvrage synthétisant ses recherches en géographie fondamentale et en géographie appliquée. Il est également entrepreneur et designer. • Olivier Vilaça est chercheur indépendant et professeur d'Histoire-Géographie au lycée Gustave Eiffel à Maputo (Mozambique). Spécialiste du Monde en tant qu'objet, des entreprises mondialisées et des pandémies.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search