Ville curative, ville délétère

Au début de l’épidémie de Covid-19, une des questions que l’on entendait souvent poser portait sur la vulnérabilité  spécifique des citadins. En arrière plan, c’était une autre question qui était posée : vis-à-vis des épidémies, la ville est-elle un milieu dangereux, ou plutôt un milieu protecteur ? De la réponse pouvait alors résulter des comportement différents : la fuite des villes, notamment des grandes métropoles, pour rejoindre des lieux moins urbains, donc moins pathogènes car correspondant à un mode de vie moins favorable à la contagion ; ou bien au contraire pouvait être mis en avant le fait que les villes sont des lieux de plus grande sécurité sanitaire du fait de la présence en leur sein de capacités des traitement en plus grand nombre, plus immédiatement accessible, voire même de meilleure qualité. Une approche préventive face à une approche curative, donc.

Avec le recul du temps, on commence à savoir que le Covid-19 touche nettement plus gravement certaines populations : les personnes âgées, les personnes à la santé fragiles ou atteint de certaines maladies, les obèses, etc. Dans l’approche préventive, il faudrait donc prendre en compte la géographie spécifique de ses populations, car on ne les trouve pas partout, et on les trouve même parfois très concentrées dans des lieux qui leurs sont réservés, tels que les Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (Ehpad), ou bien dans beaucoup de régions du sud de la France, très prisées comme lieux de retraite. D’autres populations semblent moins vulnérables, les jeunes adultes par exemple. Et là encore, c’est une géographie, celles des villes universitaires en particulier, voire les quartiers les plus dynamiques et les plus vivants des grandes villes.

L’approche curative a eu un peu moins de succès, pâtissant déjà peut-être d’un a priori plutôt plus favorable à la prévention. Mais aussi, le caractère d’urgence de l’hospitalisation n’étant pas très affirmé, on pouvait imaginer rejoindre un hôpital à temps à l’apparition de symptômes inquiétants. On peut ajouter qu’avec le temps il semble s’être avéré que les traitement des cas les plus graves, obligeant à la mise en coma artificiel, à l’intubation et à la ventilation, le tout accompagné de médicaments en nombre, n’avait rien d’anodin. Une fois tiré d’affaire, le patient risquait de mettre du temps à se remettre de l’épreuve. Enfin, s’est posé assez tôt la question de la saturation des service hospitaliers – la politique de confinement visant d’ailleurs explicitement à éviter cette saturation par « aplatissement de la courbe » des admissions – ce qui annulait de facto l’avantage de la ville en termes d’équipement et de lieux de soin. En somme, l’idée a émergée assez vite que, ce virus, il valait mieux ne pas l’attraper, et donc plutôt le fuir, si possible. C’est-à-dire partir de là où il semblait se trouvait. Mais où était-il, réellement ? C’est ce que nous allons voir maintenant.

On voit se dessiner dans cette alternative deux vision de la ville, l’une curative, l’autre pathogène. En réalité, ces deux aspects coexistent toujours. Dans certaines circonstances, le milieu urbain est salvateur. Dans d’autres, il est délétère. Il ne fait aucun doute pour les épidémiologistes que les épidémies historiques ont en priorité touché les villes. Mais il ne fait pas plus de doute que, d’une manière générale, aujourd’hui l’urbanité sauve des vies, guérit mieux et plus, du fait d’une offre de soins incomparablement plus développée dans les espaces urbains. Alors que l’appendicectomie est une opération banale en milieu citadin, la crise d’appendicite est souvent mortelle dans les hautes terres himalayennes. Et l’argument qui consisterait à interposer le niveau de richesse dans le raisonnement ne tient pas, car la ville, c’est aussi le développement, la richesse, et la solidarité, du fait même d’un de ses principes fondateurs : la spécialisation de chacun, donc l’interdépendance de tous.

L’affrontement de ces deux logiques contradictoires résume à lui seule la manière géographique de poser les problèmes et de saisir par là comment fonctionne le monde. Quand on insiste sur la dimension curative de la ville, on la saisit en fait comme un espace. C’est-à-dire comme un ensemble de lieux, séparés les uns des autres par des distances. Et la ville est un espace particulier dont le développement est dû au fait qu’elle est la solution à toute une série de problèmes. Ce par un opération simple : densifier. Rapprocher les uns des autres pour qu’ils interagissent mieux. C’est un milieu dense. La carte des villes du monde n’est pas différente de la carte des densité de population : les villes sont là où l’on trouve des densités élevées, et en tout cas plus élevées que dans un voisinage immédiat. C’est cette densité qui, en facilitant l’interaction sociale, permet le développement de sociétés complexes, puis l’invention politique, l’innovation technologique, l’expansion économique, ce qui conduit in fineà une capacité de prise en charge médicale meilleure que dans tout autre milieu.

C’est aussi cette même densité qui permet le mode de vie urbain, sa sociabilité spécifique. Mais c’est pas la densité seule qui le fabrique : elle doit se conjuguer avec ce qu’on peut appeler la mixité, dans le sens du mélange. Car comme tout « objet spatial », la ville est à la fois un espace et des spatialités, qui se répondent l’un l’autre. Les spatialités, ce sont les manières concrètes de vivre dans l’espace, avec l’espace, c’est la réalité des pratiques. Or, sans la mixité, la ville n’est pas la ville. C’est bien la mixité qui fait jouer la densité. Autrement dit, pour qu’une ville « fonctionne », il ne suffit pas d’entasser des habitants et des emplois. Il ne suffit pas de densifier. Il ne suffit pas de placer côte-à-côte, ou de superposer. Ça, c’est la condition nécessaire. Il faut aussi une condition suffisante : favoriser l’interaction. Certes, la densité est synonyme de distance réduite, mais il s’agit d’une distance « sur la carte ». Encore faut-il que ces distances soient franchies. C’est cela, la mixité. C’est en quelque sorte la densité des spatialités, qui se conjugue toujours avec la densité des espaces.

Et en temps d’épidémie, c’est cette même mixité qui pose problème. C’est le formidable pouvoir des interactions, c’est-à-dire, d’une point de vue géographique, la réduction temporaire de distances entre des « gens qui ont des choses à se dire », qui en temps normal fait la force de la ville. Mais quand un virus se transmet dans l’interaction physique, cet avantage de la ville se transforme en un handicap rédhibitoire, voire mortel.

Cette idée générale de l’analyse géographique, qui distingue toujours espaces et spatialités, cartes et pratiques, se retrouve d’ailleurs dans ce que nous disions sur la géographie des personnes vulnérable au Covid-19. Certes il est tout à fait possible de dresser la carte des vieux et le carte des jeunes dans une ville, ou même à l’échelle d’un pays, et de repérer ainsi les zones de forte densité de jeunesse, qui seront peut affectées par le virus, et celles à forte densité de vieillesse, qui ont toutes les chances d’être durement atteintes. Mais on comprend tout de suite que ces cartes ne servent à rien si on ne dispose pas d’une information décisive portant sur les relations qu’entretiennent les espaces entre eux. À supposer que ces deux espaces ne se superposent nulle part sur la carte, si les jeunes porteurs sains vont rendre visite aux vieux vulnérables, ils constituent pour ces derniers une menace majeure. C’est donc ces spatialités qu’il faut repérer pour envisager des dispositifs qui bloqueront la contagion.

Selon la perspective du géographe, il est donc simpliste de dire que c’est la densité qui pose problème en cas d’épidémie. À plus d’un titre, quand densité rime avec ville, elle peut même être la meilleure arme pour lutter contre une épidémie dont ne peuvent venir à bout que des traitements lourds administrés dans des hôpitaux importants, toujours situés dans les grandes villes. Dans le cas du Covid-19, c’est la spatialité propre du virus, son mode de contagion, qui l’emporte sur l’avantage curatif de la ville fondé sur sa densité. C’est donc la stratégie préventive qu’il faut activer, en jouant sur la mixité.

En la matière, la technique la plus élémentaire a été celle adoptée pour la majorité des habitants de la planète : le confinement. C’est-à-dire l’empêchement radical de la mixité. Sans toucher le moins du monde à la densité, qui reste identique (beaucoup des départs des viles enregistrés s’apparente plus à des relocalisation dans des lieux familiers : retour des touristes, de travailleurs temporaires, des expatriées, de salariés travaillant loin du domicile familial, des étudiants chez leur parents, repli à dans une maison de campagne…). D’un seul coup, la différence de densité entre la ville est la campagne n’a plus aucun effet. Elle n’existe plus que sur les cartes de répartition de la population (là où elle réside), mais elle ne correspond plus ni n’est prédictive du degré d’interaction entre les individus, elle ne peut plus tenir lieu d’approximation de la mixité. Le fait d’être isolé dans une ferme sur le plateau du Larzac ou bien isolé dans un appartement parisien revient exactement au même dans notre rapport au virus et quant à la capacité que nous lui offrons de se diffuser. Car sa spatialité repose sur notre mixité.

Bien entendu, la vie confinée dans trente mètres carrés à Paris avec fenêtre sur cour est pour beaucoup difficile à vivre ; le Larzac peut faire envie. Mais c’est oublier une chose : cette vie parisienne (ou métropolitaine), reposant sur de forte densités résidentielles, donc un espace privé individuel réduit (quelques mètres carrés dans un appartement sombre, de longues minutes passées serré dans des transports en communs vétustes et bondés…) est justement vivable parce qu’il se conjugue souvent avec une forte mixité, concrétisée par un très grand nombre d’interactions ayant lieu dans d’autres endroits non moins familiers : lieux de travail, cafés, restaurants, spectacles, loisirs divers, école pour les enfants (libérant du même coup les parents), etc. Lieux où d’ailleurs d’aucun recherchent souvent la densité, justement, mais une densité qui permet les rencontres mixtes… Et les mêmes sont aussi ceux qui apprécient le Larzac le temps d’un week-end, mais peut-être pas beaucoup plus, les faibles densités rurales s’accompagnant souvent (mais pas toujours autant que l’on croit) d’une mixité plus réduite, et en tout cas moins marquée par les heureux hasards (sérendipité) et les trépidations de la vie urbaine.

Si le confinement est une solution, toute autre technique qui entrave la spatialité du virus est efficace contre lui, et préférable si elle ne gêne pas notre mixité. Le port du masque, les « gestes barrière », le lavage des mains, la distanciation sociale sont chacun une technique pour moduler la mixité d’une manière sans doute efficace, mais qui pour autant ne détruit pas ce qui fait la ville, et du coup ce qui fait aussi un peu la vie.


Patrick Poncet & Olivier Vilaça

Géographes, fondateurs du Groupe Oliviers Dollfus. • Patrick Poncet est chercheur indépendant, après avoir été chercheur et enseignant-chercheur dans divers institutions universitaires. Il a publié aux Presses Universitaires de Rennes "Intelligence spatiale", ouvrage synthétisant ses recherches en géographie fondamentale et en géographie appliquée. Il est également entrepreneur et designer. • Olivier Vilaça est chercheur indépendant et professeur d'Histoire-Géographie au lycée Gustave Eiffel à Maputo (Mozambique). Spécialiste du Monde en tant qu'objet, des entreprises mondialisées et des pandémies.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search