Quand on est un acteur mondial, on l’assume

Le 30 mars dernier, le World Economic Forum publiait un article faisant l’éloge des actions mises en place par le gouvernement viêtnamien pour répondre à l’épidémie de Covid-19. Comment une nation aux ressources limitées a-t-elle pu combattre avec tant de succès une pandémie qui a mis à genoux les systèmes de santé des pays développés, se demande l’auteur, soulignant que le Viêtnam n’a à ce jour enregistré aucun décès dû au Sars-COV-2 ? L’explication qu’apporte l’auteur à ce fait extraordinaire tient à l’unipartisme en vigueur dans le pays, et la pression sociale sanctionnée par la délation, mélange qui, en d’autres temps, aurait été perçu comme un repoussoir plutôt que comme un bonne pratique.

Au-delà de la critique que l’on pourrait faire de l’engouement soudain pour les régimes autoritaires qui se retrouve ici et là, cet article pose deux questions essentielles. La première est, encore une fois, celle de la fiabilité des chiffres dont on dispose à ce stade de la pandémie, et en particulier pour des pays dont les gouvernements ne sont pas réputés pour leur transparence. La seconde est celle de la responsabilité du World Economic Forum, un acteur politique majeur dans l’arène politique mondialisée, face à l’apologie de pratiques anti-démocratiques.

Le virus tue moins dans les pays les plus pauvres

Plus un pays est pauvre, et moins l’on y meurt de Covid-19. En effet, si l’on regarde les chiffres de la pandémie pays par pays, on remarque qu’il existe une corrélation positive entre la proportion de décès dus au Covid-19 pour un million d’habitants et le PIB par habitant dans les différents pays du Monde. Le Viêtnam s’inscrit pleinement dans cette logique, même s’il apparaît comme un cas extrême de cette règle pour le moins inattendue.

Nous reviendrons sur cette relation dans un prochain article, mais ce que l’on peut dire aujourd’hui c’est qu’il est plus important que jamais de se poser des questions sur les données auxquelles on a accès concernant cette pandémie. La fiabilité du nombre de cas avérés ou de décès dûs au Covid-19 dans tel ou tel pays a été continuellement questionnée, que ce soit aux États-Unis, en Grande-Bretagne ou en Inde, et a fortiori au Nicaragua ou au Turkménistan. Il faut alors prendre garde à ne pas tirer de conclusions hâtives sur un événement qui est loin d’être terminé, et à partir de données que l’on sait lacunaires et dont il faut encore plus douter lorsqu’elles sont collectées par des régimes autoritaires qui n’autorisent pas l’existence de contre-pouvoirs démocratiques.

Le World Economic Forum est-il responsable des propos qu’il publie ?

Mais la vraie question que pose cette article, c’est celle de la responsabilité du World Economic Forum dans la publication de ce texte. Car, en effet, on peut lire à la toute fin de l’article que les propos tenus par l’auteur n’engagent que lui (« The views expressed in this article are those of the author alone and not the World Economic Forum ».)

Or, si l’on admet qu’il existe une arène politique au niveau mondial, et que cette arène est délibérative et réunit plusieurs acteurs de différentes natures, on ne peut nier le fait que le World Economic Forum est l’un d’entre eux. Ces acteurs, au fil des décennies, se sont accordés autour de réalités et de principes qui sont aujourd’hui acceptés et promus par tous. Cela va de la Déclaration universelle des droits de l’homme aux objectifs du développement durable, et on voit mal une page web de l’Organisation des nations unies, par exemple, défendre l’unipartisme et la délation comme des bonnes pratiques de la santé publique.

D’autre part, si on peut comprendre les précautions juridiques que peuvent prendre des acteurs comme Facebook ou Twitter pour ne prendre aucune responsabilité dans les propos que tiennent leurs membres inscrits – encore que cette absence de responsabilité soit de plus en plus remise en cause, comme le montrent les déboires récents de Donald Trump avec Twitter -, il est difficile d’admettre que le World Economic Forum puisse se distancer si simplement d’un auteur que l’organisation sollicite pourtant, et dont les propos remettent en question ce socle commun évoqué précédemment.

Le World Economic Forum n’est pas un réseau social et encore moins un média. C’est une organisation qui défend plus ou moins explicitement des idées (le capitalisme, le développement durable, la démocratie) qu’elle ne peut pas prendre le risque de paraître renier par la publication d’une éloge de l’autoritarisme. Quand on est un acteur de l’arène délibérative mondialisée, on se doit de l’assumer jusqu’au bout.


Patrick Poncet & Olivier Vilaça

Géographes, fondateurs du Groupe Oliviers Dollfus. • Patrick Poncet est chercheur indépendant, après avoir été chercheur et enseignant-chercheur dans divers institutions universitaires. Il a publié aux Presses Universitaires de Rennes "Intelligence spatiale", ouvrage synthétisant ses recherches en géographie fondamentale et en géographie appliquée. Il est également entrepreneur et designer. • Olivier Vilaça est chercheur indépendant et professeur d'Histoire-Géographie au lycée Gustave Eiffel à Maputo (Mozambique). Spécialiste du Monde en tant qu'objet, des entreprises mondialisées et des pandémies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search