Une histoire du mot et du concept de « mondialisation »

« Quand un mot nouveau devient populaire, c’est souvent parce qu’il capte la mise en place d’un important changement du monde. Une nouvelle idée doit décrire un nouveau fonctionnement. Ainsi, quand le philosophe Jeremy Bentham forge le terme ‘d’international’ dans les années 1780, il saisit son temps car il en éclaire une réalité profonde, l’émergence des États-nations et l’augmentation des relations transfrontalières entre eux. Les gens ne parlaient pas de ‘relations internationales’ avant cette époque, car l’humanité n’était pas auparavant organisée en communautés nationales et en États territoriaux » (Jan Aart Scholte, Globalization : A Critical Introduction, 1997, p. 14).

La naissance et la diffusion du mot « mondialisation » se situent dans cette même problématique que Jan Aart Scholte décrit à propos de l’expression « relations internationales ». On peut voir cinq grandes étapes successives (voir tableau récapitulatif à la fin de cet article).

Phase 1 : « Construction »

De 1945 a 1983… une interrogation générale sur les changements du monde

Assiste-t-on à l’apparition d’une société globale ? Certains affirment que oui. C’est le cas de Marshall McLuhan dans son livre Guerre et paix dans le village planétaire (1968). Pour McLuhan, professeur à l’université de Toronto au Canada, il s’agit de décrire la naissance d’une société radicalement nouvelle par rapport au passé. Le révélateur de cette nouveauté est la guerre du Viêtnam, ou plutôt la façon dont la guerre a été couverte en direct par la télévision. On assiste selon McLuhan à la naissance du « village global ». On reconnaît dans cette expression la reprise d’une idée importante développée quelques années plus tôt par ce même McLuhan dans La Galaxie Gutenberg : « L’interdépendance nouvelle qu’impose l’électronique, recrée le monde a l’image d’un village global » (1964, La Galaxie Gutenberg, tome 1, p. 34).

Sans lien avec les analyses des sciences humaines sur les changements de société, en français comme en anglais, les mots « globalis(z)ation » et « mondialisation » apparaissent à la fin des années 1950 et au début des années 1960. Leur sens est alors très neutre. Ils décrivent des phénomènes qui, jusqu’alors régionaux ou nationaux, deviennent mondiaux. C’est dans ce sens descriptif neutre qu’on le trouve par exemple dans un article de Paul Fabra dans Le Monde date du 29-30 avril 1964.

En anglais, on peut repérer les premières apparitions du mot dans la memo période : The Economist du 4 avril 1959 utilise l’expression “globalised quota” dans un article sur les importations de voitures en Italie. Dans un article daté du 5 octobre 1962 du Spectator, on trouve l’une des premières utilisations du mot « globlisation » : « Globalisation is, indeed, a staggering concept ». Enfin c’est dans l’édition 1961 du Webster que l’on trouve les premières définitions de « globalism » et de « globalisation », tandis que le Grand Robert de la langue française (édition 1982) date l’apparition du mot de 1955.

Phase 2 : « Cristallisation »

De 1983 à 1995, les mots « mondialisation » et « globalisation » s’étendent dans l’analyse économique de l’évolutiondes multinationales et de la sphère financière

En 1983, dans la Harvard Business Review, Theodore Levitt publie « The globalisation of Markets ». Il y analyse la naissance d’une nouvelle forme d’entreprise, la « firme globale », qui vend partout de la même façon et ne s’adapte aux marchés locaux que contrainte et forcée. II y voit la naissance d’un commerce diffèrent de l’ouverture traditionnelle des marches, une mondialisation des marchands et une ignorance des différences régionales et nationales.

Ce qui est surtout nouveau au milieu des années 1980, c’est l’évolution de la sphère financière. C’est là que le mot anglais « globalisation » prend son sens plein (ce qui est intégré de « façon générale » – « global », sans être spécialement « mondial »). Que décrit-il ? Il décrit les modifications qui se sont produites dans la répartition des mouvements de capitaux entre les grandes régions du monde – que l’on peut ramener a trois modifications principales:

  • A partir des années 1980, les mouvements de capitaux se sont extraordinairement accrus.
  • Les mouvements de capitaux qui étaient jusqu’en 1980 des mouvements Nord/Sud, deviennent des mouvements Nord/Nord. La circulation massive du capital se fait désormais à l’intérieur de la Triade.
  • Enfin cette circulation était jusqu’alors contrôlée par les Etats. On était dans une logique d’internationalisation de l’économie. Depuis 1980, la dérèglementation est à l’ordre du jour et les Etals ont renoncé à contrôler les mouvements des capitaux.

Phase 3 : « Explosion »

Entre 1995 et 2001, la diffusion et l’explosion du mot « mondialisation »

Le premier domaine dans lequel les mots « mondialisation/globalisation » explosent est bien sur l’économie. Malgré des contestations à l‘intérieur de la théorie économique, le mot s’impose largement. La chute de I’URSS et la fin du Tiers Monde (en tant que systèmes économiques non alignes) font que, de plus, l’on peut désormais parler d’un monde mondialisé. Le capitalisme libéral triomphe partout. Voilà de quoi accélérer l’utilisation du mot « mondialisation » par tous.

Mais c’est ailleurs qu’en économie que cette explosion des mots « mondialisation » et « globalisation » est la plus spectaculaire. Les géographes sont parmi les premiers à voir l’intérêt du mot et des nouvelles conceptions de l’espace mondial qu’il implique. On a vu que dans les années 1990, Roger Brunet et les géographes de Sciences-Po Paris (Marie-Françoise Durand, Olivier Dollfus, Christian Grataloup, Jacques Lévy, Denis Retaillé, etc.) entrent de plain-pied dans l’analyse des processus de mondialisation. Mais – et c’est fondamental – le mot « mondialisation » n’y apparait que peu : l’expression utilisée el considérée comme centrale est celle de système- Monde. II faut attendre les ouvrages de Jacques Lévy en 1996 (Le Monde pour Cite, Hachette, 1996) et bien sur La Mondialisation d’Olivier Dollfus en 1997 pour que le mot fasse son entrée massive dans la géographie: une entrée qui n’a fait que se renforcer depuis.

En 2002, Laurent Carroué (Paris VIII) publie la première édition de sa Geographie de la mondialisation, un livre qui va permettre a l’idée de mondialisation de pénétrer en profondeur dans un groupe stratégique de la géographie : les enseignants du secondaire qui attendaient le moyen de passer des approches théoriques et politiques (Brunet, Levy, Dollfus, Grataloup, Retailllé) à des analyses « au sol ».

Phase 4 : « Inversion »

De 2001 a 2008, l’Empire contre-attaque : le net recul de la mondialisation politique et le retour à la géopolitique traditionnelle de la puissance

« La guerre pas le tribunal ». La phrase claque comme un slogan le 12 septembre 2001 a la Une du Washington Post, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001. « Nous n’avons plus a chercher un nom pour designer la période de l’après-Guerre froide. Celle nouvelle période va désormais être connue sous le nom ‘d’âge du terrorisme’ […]. L’ennemi n’est ni inconnu, ni mystérieux. Bien sûr, nous ne savons pas encore qui a donné l’ordre final, mais nous savons de quelle mouvance il vient. L’ennemi s’est identifié lui-même, ouvertement et publiquement. Mais notre délicate sensibilité nous a jusqu’à présent empêchés de prononcer son nom. L’ennemi s’appelle l’Islam radical. »

La couverture de The Economist du jeudi 13 septembre 2001 résume bien le renversement de tendance que l’on annonce : sur la photographie des tours du World Trade Center qui s’effondrent, s’affiche en lettre blanches de 5 cm « The Day the World Changed » (« Le jour où le monde a changé »). Les tours du WTC sont bien sûr les symboles de la puissance des Etats-Unis ; mais, comme leur nom l’indique, elles sont aussi le symbole de la mondialisation économique triomphante, « le centre du commerce mondial ». Le double symbole géopolitique (effondrements de la puissance américaine) et géo-économique (effondrement de la globalisation plane- taire) est ici particulièrement frappant.

L’ère de la mondialisation est terminée – ou au minimum gelée ce qui désormais est important, ce qui va structurer le monde, c’est la « Global War on Terror ». L’Empire est de retour, et les néoconservateurs américains n’ont pas peur de l’affirmer.

Phase 5 : « Réflexions »

Depuis 2008, les débats sur les rapports entre mondialisation, démondialisation, nécessité de la régulation mondiale sont de nouveau au centre des réflexions

Cette politique impériale de démocratisation par la force du Moyen-Orient va bien sûr se briser sur son propre schématisme. C’est justement parce que le monde est mondialisé qu’il ne peut plus être régulé par un centre unique. Même le déséquilibre de la puissance en faveur des Etats-Unis ne lui est plus d’aucune utilité : les Etats-Unis sont bien tine hyperpuissance, mais à l’ère de la mondialisation, l’hyperpuissance n’est plus efficace, car une des caractéristiques de la mondialisation, c’est justement l’extension tendancielle du politique – qui rend la puissance inefficace voire contre-productive.

Des 2006, la revue Foreign Policy – la plus influente des revues de “world politics” aux Etats-Unis – avait indiqué que les attentats du 11 septembre 2001 n’étaient sans doute pas la rupture que Ton avait pour- tant affirmée jusqu’alors. La couverture du numéro de septembre-octobre 2001, pour le cinquième anniversaire des attentats, litre « The Day nothing much Changed » (« Le jour ou presque rien n’a changé »). Le renvoi a la couverture de The Economist du 13 septembre 2001 est transparent, et ce d’autant plus que la photographie montre les deux tours du WTC sous le soleil, avant leur destruction. 164

William Dobson, le rédacteur en chef de Foreign Policy explique les arguments dans un long article de cinq pages :

« On nous a affirmé que le monde ne serait plus jamais le même. Mais les attentats du 11 septembre 2001 ont-ils réellement change le cours des évènements ? Si on laisse de cote le bruit et la fureur, le monde ressemble beaucoup aujourd’hui à ce qu’il était le 10 septembre 2001 […]. Si [l’on regarde de façon précise les tendances, depuis lors on constate à quel point le monde a peu change : les forces de la mondialisation continuent, inchangées. Les processus de la mondialisation se sont même approfondis ! Les problèmes dont on débattait le matin du 11 septembre 2001, sont largement les mêmes aujourd’hui. A travers les principaux indicateurs économiques, politiques et sociaux, c’est la continuité qui est remarquable. » (William Dobson, « The Day the World Changed », in Foreign Policy, September-Oclober 2006).

On voit qu’au-delà de la période de régression des années 2001-2008, les débats sur la mondialisation continuent.

Phase 1
1945-198
Construction
Phase 2
1983-1995
Cristallisation
Phase 3
1995-2001
Explosion
Phase 4
2001-2008 Inversion
Phase 5
Depuis 2008… Réflexions
Présentation générale de la période D’un côté se développent les réflexions sur les changements du
monde (comme le
« global village » de McLuhan), et de l’autre apparaissent les premières utilisations des mots « globlalization » et « mondialisation ».
Mais les deux éléments se font sans pour l’instant se rencontrer.
En 1983, les deux aspects (les fonctionnements nouveaux du monde et le nouveau mot « mondialisation ») se rencontrent dans les sciences économiques.
La mondialisation est alors essentiellement économique, commerciale et financière… même si quelques aspects politiques sont déjà implicites.
Le concept de mondialisation explose littéralement dans l’ensemble de sciences sociales.
Après la chute de l’URSS, c’est l’ensemble des fonctionnements planétaires qui doivent être repensés à la lumière de cette tendance de fond qu’est la mondialisation politique.
Les attentats du 11 septembre 2001 et la sur-réaction de l’administration Bush semblent marquer un coup d’arrêt à la mondialisation.
On assiste apparemment à un retour de la géopolitique, politique de la puissance (particulièrement avec la guerre en Irak).
Mais les processus de la mondialisation sont finalement plus profonds (et contre-productifs) que le retour momentané à la puissance.
Les réflexions sur la mondialisation font apparaître des débats sur la régulation politique, le refus d’une mondialisation dangereuse (la démondialisalion) et l’émergence d’un monde complexe (« the
Rise of the Rest »).
Ouvrage ou article le plus important (ou le plus représentatif) de la période1968 – Marshall McLuhan, Quention Fiore, War and Peace in the Global Village ; tr. fr. Guerre et Paix dans le village planétaire (1970). 1983 – Theodore Levitt, « The Globalization of Markets », in The Harvard Business, Review. 1997 – Publication du livre d’Olivier Dollfus, La Mondialisation. 2003 – William Kristol, Lawrence Kaplan, The War Over Iraq. Our Road begins in Bagdhad ; tr. fr. Notre route commence à Bagdad (2003). 2008 – Fareed Zakaria, The Post- American World and The Rise of the Rest ; tr. tr. Le Monde post­américain et l’émergence des Autres (2008).

(Ce texte a été publié originalement dans Amiel A., Birck J.-B., Consil J.-M-, Dagorn R.-É., Hoquet T., Werlings M.-J., 2015, Sciences humaines, Atlande)


René-Eric Dagorn

René-Eric Dagorn est agrégé d'histoire, ancien élève de SciencesPo Paris (section relations internationales) et doctorant en science politique (Université de Versailles Saint-Quentin – UVSQ). Il enseigne les relations internationales et la géopolitique à SciencesPo Paris (Euro-American Program à Reims), en Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (géographie et géopolitique), et à AgroParisTech-Paris. Ses domaines de recherches portent sur la politique internationale des États-Unis, sur la géopolitique environnementale au 21e siècle, et sur les liens entre l'histoire des sciences environnementales et la politique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search