La mondialisation selon Olivier Dollfus

En 1997, Olivier Dollfus publiait aux Presses de la Fondation nationale des sciences politiques son dernier livre La mondialisation. Un ouvrage qui a fait date et où l’on voyait le géographe du système Monde passer au concept a priori moins rigide de mondialisation. Ce livre est encore d’actualité puisqu’il est encore très utilisé aujourd’hui par de nombreux étudiants désireux de comprendre les dimensions spatiales de ce processus.

Mise en contexte biographique

Olivier Dollfus est, selon l’expression de Jacques Levy, “le géographe du système Monde”1. Il est, dans les années 1980, un des principaux rénovateurs de la géographie, avec d’autres grands noms de la géographie de l’époque (une génération née dans les années 1930) : Roger Brunet, François Durand-Dastès, Alain Reynaud, Yves Lacoste entre autres. Au-delà des grandes différences d’approches entre ces différents auteurs, ce groupe a un double point commun. II a posé la question de l’analyse du monde : peut-on analyser cet objet qui s’appelle “l’espace mondial” – et si oui, comment ? Et il a également posé la question de la rénovation de la géographie en passant par ce nouvel objet du monde. C’est le sens du jeu de mots du titre de l’article de Jacques Levy, dans la revue Le Débat en 1996 : “Une géographie vient au monde”2.

Les Andes et le Pérou d’abord

Les premiers travaux d’Olivier Dollfus portent sur les sociétés rurales andines et leur développement dans les années 1960-1970. Ce qui semble très éloigné de la mondialisation et de l’objet “monde”.

Mais c’est à partir d’une interrogation sur le développement de ces sociétés apparemment marginales qu’Olivier Dollfus va poser progressivement la question des liens entre l’échelle mondiale et les échelles locales des lieux du monde.

La création du GEMDEV en 1983 (avec l’économiste Michel Beaud)

Ces interrogations et recherches transdisciplinaires débouchent en 1983 sur la création du GEMDEV. Dans les années 1970, Olivier Dollfus participe à la création de la nouvelle université Paris VII (Denis-Diderot) où il devient enseignant au milieu des années 1970. C’est là, avec l’économiste Michel Beaud, l’un des meilleurs spécialistes français du capitalisme, auteur de plusieurs ouvrages de référence sur ce thème, qu’il fonde le GIS-GEMDEV : le Groupement d’Intérêt Scientifique – Groupe Économie Mondiale, Tiers-Monde et Développement.

C’est dans le cadre du GEMDEV et de son travail transdisciplinaire qu’ Olivier Dollfus va élaborer, développer, tester, valider puis diffuser les concepts de “système Monde” puis de “mondialisation”.

Du système Monde à la mondialisation

La période 1986-1988 constitue ici deux années charnières. La jeune génération montante des géographes est encore enseignante au lycée – et elle cherche, depuis le lycée, à changer une géographique qui est bloquée au niveau de l’université. Les nouveaux programmes de I’année 1988 vont être l’un des vecteurs de ces changements3.

Anticipant le changement de programme à venir, Remy Knafou et les Editions Belin proposent, en 1986, un manuel de terminale intitulé : “le système Monde” qui va avoir une influence considérable. L’idée du système Monde n’est plus seulement un objet de recherche cantonné à l’université, le monde comme système devient un objet d’enseignement et touche d’un coup des milliers d’enseignants et une centaine de milliers de lycéens !

C’est dans le cadre du GEMDEV que se fait le passage du système Monde à la mondialisation, et ce entre 1994 et 1997. En trois années charnières, les chercheurs du groupe publient toute une série d’ouvrages qui tentent de cerner les différents composants de la mondialisation, en économie particulièrement.

En 1998, Olivier Dollfus commence à avoir des problèmes de santé et s’écarte de la recherche. En 1999, le GEMDEV public un dernier texte important d’ Olivier Dollfus co-écrit avec Jacques Lévy et Christian Grataloup4. A partir des deux textes : La Mondialisation (1997) et “Trois ou quatre choses que la mondialisation dit à la géographie” (1999), l’importance du concept de mondialisation est désormais fortement ancrée dans la géographie et dans les analyses géographiques.

La mondialisation: un processus géographique

Une première définition générale de la mondialisation

“La mondialisation, c’est l’échange généralisé entre les différentes parties de la planète, l’espace mondial étant alors l’espace de transaction de l’humanité”. Voilà la première définition de départ. Elle est apparemment simple, mais, elle renvoie à des mots codés (“échange”, “humanité”, “différentes parties de la planète”) qui ont ici à la fois le sens banal et habituel de la première lecture, mais qui ont aussi des connotations implicites. “L’échange généralisé” est plus que “l’échange commercial” : ce sont l’ensemble des tran­sactions économiques, mais aussi la diffusion des idées, les synergies cultu­relles, la capacité à fabriquer des institutions mondiales qui favorisent ces échanges (les échanges qui font les institutions qui font les échanges). Ce sont “les flux d’informations massifs et instantanés”, comme O. Dollfus le précise sur la même page 16. Ce sont encore les migrations humaines, les relations entre les villes qui vont former le réseau urbain mondial.

Le mot “humanité” est aussi plus complexe qu’il n’en a l’air. Pour que l’humanité existe, il faut avoir inventé l’idée qu’il existe une humanité commune. Or ceci est très récent – et est même discuté. Deux exemples simples : les crimes contre l’humanité (ce qui fait qu’un homme est un homme) n’existent que depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ; et la théorie du choc des civilisations de Samuel Huntington estime qu’il n’existe justement pas d’humanité possible. Affirmer que “l’espace mondial est […] l’espace de transaction de l’humanité” a donc ici un sens technique : un groupe commun – l’humanité – a les capacités et la volonté de fabriquer un espace commun. Lorsque l’ONU institue la Cour pénale internationale, elle institue aussi un espace pénal mondial – exactement comme lorsque l’ONU crée le Tribunal pénal international pour le Rwanda, elle crée un espace pénal à l’échelle du génocide rwandais de 1994. Rappelons qu’en 1997, la CPI n’existe pas encore ; en revanche les deux premiers TPI (R pour le Rwanda, et Y pour l’ex-Yougoslavie) existent déjà.

Enfin, l’expression “différentes parties du monde” là aussi a un sens codé. Le monde ce n’est pas seulement le Monde. Le monde c’est aussi la simple somme des échelles inférieures, sans que cette somme ne débouche sur un objet intégré. Ceci est encore en train de se faire, c’est un processus en cours, un processus de production du Monde : un processus de “mondialisation”.

Bien sûr, la définition de la mondialisation ne s’arrête pas à la définition de départ de la page 16. C’est tout le livre qui est la définition de la mondialisation. Le rapport entre le titre, “La Mondialisation” et le développement de l’ouvrage peut se voir comme celui d’une très longue définition encyclopédique : “voilà ce qu’est la mondialisation”. Dans ce cas, c’est le contenu de la table des matières qui permet de compléter la définition et les différents caractères de la mondialisation.

La mondialisation comme accumulation et comme “l’accélération dans l’accélération”

Immédiatement après la première définition générale, vient une caractérisation importante. Si ces processus de mondialisation peuvent aujourd’hui exister, c’est qu’il y a eu une accélération exponentielle des accumulations planétaires.

Ces accumulations sont démographiques : l’explosion démographique mondiale à fait passer la population mondiale de 1 milliard d’individus en 1820 à 7 milliards en 2010. Et l’ONU estime que la population mondiale va se stabiliser autour de 8,9 à 9,1 milliards en 2050. C’est l’accumulation la plus visible, mais ce n’est pas la plus importante. Les accumulations essen­tielles sont qualitatives et sont liées à la croissance des villes. Les chiffres sont ici clairs : en 1820, 8% environ de la population mondiale est urbaine, soit environ 80 millions d’habitants ; deux siècles plus tard, c’est 52%, mais sur une population totale de 7 milliards. On est donc passé de 80 millions d’urbains à 3,6 milliards de citadins en 200 ans !

La troisième accumulation est celle des richesses et des capacités de développement humain. Le produit mondial brut (la richesse totale produite dans l’espace mondial) était de 6 000 milliards de dollars en 1960 et de 60 000 milliards en 2010 ; il a été multiplié par 10 en cinquante ans. L’indice de l’IDH calculé parle PNUD depuis 1991 permet également de voir une amélioration très nette des “capabilités” (l’accès à la santé, l’accès à l’édu­cation, l’accès au travail et aux revenus, etc.) calculée par l’IDH. On est ainsi passé d’un IDH moyen pour les pays de l’Asie du Sud, par exemple, de 0,41 en 1975 à 0,61 en 2010 ; et de 0,55 à 0,77 pour l’Amérique latine ; et encore de 0,42 à 0,48 pour les pays de l’Afrique subsaharienne.

En 1997, au moment où Olivier Dollfus travaille surin Mondialisation, tous ces éléments sont déjà parfaitement visibles et connus… et apparaissent dans le chapitre 3 qui traite plus spécifiquement des processus géohisto­riques d’accumulation sur la longue durée.

“Le temps du monde fini commence”… reloaded

Tout ceci est tellement important en termes de changement qu’Olivier Dollfus ne peut que poser la question à la fin de son introduction : va-t-on vers un “basculement du monde” ? (p. 17). Pour répondre, il va prendre un chemin indirect – celui de la référence à Paul Valéry et à l'”Avant-Propos” de Regards sur le monde actuel publié en 1931.

Paul Valéry a été frappé par deux événements de la fin du XIXe siècle, lointains et apparemment insignifiants par rapport à d’autres “gros” événements qui se déroulent en Europe au même moment. Ces “conflits très restreints, où ne s’engagèrent que des forces très médiocres” (p. 10), sont la guerre entre la Chine et le Japon en 1894-95, et l’invasion américaine des Philippines en 1898 pendant la guerre entre les États-Unis et l’Espagne. Pourquoi ? Parce ce que ce qui se déroule là, explique-t-il, est une rupture totale avec le passé car désormais, “un certain ordre s’installe, une ère nouvelle commence […] : le temps du monde fini commence” (p. 20-21).

Le lien avec la mondialisation est très clairement indiqué : le mot n’existe pas encore, mais Paul Valéry voit bien les changements en cours : le monde est en train de devenir le Monde. La Mondialisation d’Olivier Dollfus est une sorte de “Regards sur le monde actuel”… reloaded : la citation de P. Valery apparaît à la page 22 ; et le commentaire de Dollfus est le même que celui de Paul Valéry : “La mondialisation conduit à la prise en compte, pour la première fois, d’un ensemble planétaire qui produit simultanément son espace et son histoire” (p. 23).

Les apports de l’ouvrage

Le réseau urbain mondial de l’AMM (Archipel Mégalopolitain Mondial)

Selon Olivier Dollfus, l’archipel mégalopolitain mondial (AMM,5) est “formé d’ensemble de villes qui contribuent à la direction du monde” et c’est “une création de la deuxième partie du XXe siècle et l’un des symboles les plus forts de la globalisation liée à la concentration des activités d’in­novation de et commandement.” Ce concept d’AMM est un saut conceptuel important dans le milieu des années 1990. Car ici, les villes ne sont plus simplement reliées par des sortes de liens impensés ou flou. Le cadre théo­rique de l’AMM permet à Olivier Dollfus d’analyser l’émergence de nouvelles interactions urbaines et d’affirmer l’existence d’au moins six mégalopoles mondiales : les trois mégalopoles est-états-unienne, européenne et japo­naise, mais aussi les mégalopoles “secondaires” des Grands Lacs et du litto­ral pacifique des États-Unis, un “grand arc” Asie-Pacifique de Séoul à Singapour qui engloberait toute la façade orientale de la Chine de Pékin à Hong-Kong, et – avec plus de précaution – le “polygone lourd du Mercosur” qui relierait Sao Paulo, Rio de Janeiro et Buenos Aires.

Ici Olivier Dollfus s’inscrit dans les mêmes perspectives que la géographie américaine (et anglaise) de l’époque : celles de travaux de Saskia Sassen et de Peter Taylor. Dans son ouvrage Global City publié en 1991, Saskia Sassen analyse l’apparition de nouvelles catégories de villes capable de concentrer les fonctions de commandement et les capacités d’innovation : elle propose d’appeler ces villes “les global cities” (au pluriel).

Mais, l’ouvrage de Sassen ne s’appelle pas “Global Cities” au pluriel, mais “Global City” au singulier. Et c’est dans ce singulier que Saskia Sassen et Olivier Dollfus se retrouvent. L’idée de l’AMM et la Global City est finalement la même : les relations entre ces villes sont devenues tellement intenses qu’elles finissent par former un seul et même espace. Il peut y avoir ici “continuité de l’espace” (les villes fonctionnent ensemble et Forment un espace unique) sans “contiguïté” (cet espace est unique alors que les global cities ne se touchent pas territorialement).

La redéfinition des “catastrophes naturelles” à l’ère de la mondialisation: les rapports entre système Monde et systèmre Terre

Les nouveaux rapports système-monde/système-Terre qui commencent à s’imposer

“La mondialisation, par l’effet cumulé et cumulant des consommations énergétiques et des productions chimiques croissantes, génère des rapports nouveaux entre la Terre et ses enveloppes”.

Ces changements globaux obligent à une réflexion nouvelle sur les liens entre deux espaces jusqu’alors peu reliés : l’espace-Terre et l’espace- Monde. On l’a dit, les éléments du débat sont encore flous. Mais on a déjà des certitudes en 1997. Au moins trois qu’Olivier Dollfus repère et qui sont essentielles encore aujourd’hui :

  • les sociétés sont capables de transformer la machine climatique. C’est une surprise. Jusqu’alors, la différence de “taille” entre d’un côté les sociétés et de l’autre le climat faisait que les changements climatiques ne pouvaient être que naturels. Mais les travaux sur ce qu’on appelle “l’hiver nucléaire” ont changé la donne dans les années 1980. L’explosion de 50 bombes nucléaires suffirait à changer radicalement le climat. On se rend compte alors que les GES (les Gaz à Effet de Serre) peuvent avoir des conséquences bien plus importantes que leurs faibles volumes relatifs.
  • les sociétés ont de plus en plus de mal à nourrir des populations dont les besoins alimentaires changent. La question n’est pas celle de la possibilité de nourrir 9 ou 10 milliards d’hommes parce nous serions arrivés aux limites de la planète : “On sait toutes les ambiguïtés et limitation du concept de ‘capacité’ de charge” d’un espace, rappelle Olivier Dollfus (p. 153). La question est celle du système de production alimentaire mondial, “[…] Si l’objectif physique d’une production alimentaire à l’échelle de la planète pour 10 milliards d’hommes reste concevable (…J, il ne peut l’être que dans le cadre d’une articulation entre le local-national-régional, avec les négociations qu’elle implique” (p. 155), C’est une question de politique agricole et non de limites de la planète.
  • les sociétés doivent comprendre qu’elles fabriquent des espaces et que ce sont elles qui désormais gouvernent l’environnement. C’est la mise en avant, concernant les changements environnementaux, du rôle des acteurs qui sera étudié en détail dans le thème suivant.

Repenser les catastrophes naturelles…

Ce qu’Olivier Dollfus fait apparaître avec le vocabulaire des années 1990, c’est ce que la géographie appelle aujourd’hui “les espaces du risque”. Lorsqu’une catastrophe climatique ou sismique se produit, c’est que les sociétés n’ont pas créé – ou n’ont pas su entretenir – les espaces du risque.

Les statistiques permettent de dépasser la notion intuitive mais fausse de “catastrophe naturelle”. Sur 1 million d’habitants, le risque annuel de mort par séisme est de 92 en Arménie, 41 au Turkménistan, 29 en Iran et 25 au Pérou, alors qu’il n’est que de 0,6 en Californie pourtant située sur une faille très active. Un écolier a 400 fois plus de probabilités de mourir dans un tremblement de terre à Katmandou qu’à Tokyo, où les aléas séismes sont les mêmes. Autrement dit, “les pays à fort risque sont tous à faible produit national brut (PNB) par habitant” (Denis Hatzfled).

Au cours des deux dernières décennies, les aléas naturels ont tué plus de 2 millions de personnes, et 98% d’entre elles vivaient dans des pays à faibles niveaux de développement. Alors que les Philippines et le Japon essuient le même nombre de typhons, ceux-ci font 17 fois plus de victimes dans l’archipel du Pacifique que dans l’archipel nippon. La fracture se retrouve dans le coût économique de ces désastres. “Les pertes dues aux catastrophes naturelles sont vingt fois plus importantes (en pourcentage du produit intérieur brut) dans les pays en développement que dans les pays développés”, note la Banque mondiale. L’expression classique de “catas­trophe naturelle” implique que l’origine de la catastrophe est à chercher dans un élément “naturel” extérieur à la société. La réflexion en termes d’espaces du risque permet de comprendre que, s’il y a bien des aléas natu­rels (aussi bien non anthropiques qu’anthropiques), il n’y a pas de catas­trophe naturelle. La catastrophe est d’origine sociale et non naturelle.

… et construire “les espaces” du risque

Qu’est-ce que représente concrètement la construction d’un espace du risque ? Il s’agit d’abord de structures et de fonctionnements spatiaux créés par les normes administratives et politiques. Au Japon, c’est l’obligation de construire des bâtiments respectant certaines normes antisismiques

  • et la vérification par des processus administratifs de la réalisation effec­tive de ces normes. Au Bangladesh, c’est la construction de 16 000 abris anticycloniques permettant de protéger la population lors de l’arrivée de l’onde océanique. Mais ceci ne peut être efficace que si la société a été préparée par des exercices d’évacuation et qu’un système d’alerte ;
  • par radio – est également mis en place dans les différentes administrations des communes des côtes du golfe du Bengale. L’étude précise des zones constructibles et de l’étalement urbain est essentielle pour comprendre que les espaces du risque sont des espaces de la longue durée (en Vendée et en Charente lors de la tempête Xynthia ; la construction entre 2009 et 2011 des 500 km de murs anti-inondations autour de la Nouvelle Orléans).

Ce sont, enfin, les réflexions générales sur le dérèglement climatique qui ont permis de prendre en compte la notion “d’Anthropocène”, telle que Paul Crutzen (prix Nobel de chimie en 1992) l’a développée depuis 2000 et diffusée à partir de son célèbre article, “Geology of mankind” (Nature, janvier 2002). L’Anthropocène : notre nouvelle “ère géologique” où l’on assiste à la capacité des sociétés à sortir de la “Nature” extérieure aux sociétés (écrit avec un “N” majuscule) et à fabriquer de la “nature” environnementale (avec un “n” minuscule), leurs propres environnements construits. Rt parmi ces espaces environnementaux, les “espaces du risque”.

La mise en avant du rôle des acteurs

La multiplication des acteurs mondiaux…

L’un des caractères du monde post-westphalien de la mondialisation3, c’est la multiplication des acteurs autonomes capables d’avoir soit des actions à l’échelle mondiale (les firmes transnationales par exemple, mais aussi les grandes ONG mondiales comme OXFAM ou GreenPeace…), soit d’avoir des actions locales mais qui vont avoir des répercussions dans l’espace mondial.

Dans The Globzalisation of World Politics (5e édition, 2011), Peter Willets propose de voir aujourd’hui six grandes catégories d’acteurs :

  1. Environ 200 gouvernements, dont les 193 membres de P ONU (193 membres à part entière, et deux membres aux statuts particuliers : le Vatican et la Palestine) ;
  2. 85 000 firmes transnationales (les FTN), telles que ExxonMobil, Shell, Wal-Mart, Lenovo, Mitsubishi, Volkwagen, Vodaphone, Microsoft. Apple, Nestlé, Monsanto, etc. Ces 85 000 FTN ont environ 850 000 filiales dans le monde ;
  3. environ 9 500 ONG présentes dans une seule région du monde mais dont l’influence est mondiale, tels Le Secours populaire (en France) ou Population Concerne (au Royaume-Uni) ou le Sierre Club (aux États-Unis). NB. On fera bien attention de distinguer “échelle mondiale” et “espace mondial” : comme on l’a vu pour les questions environnementales, les fumées des usines qui produisent du C02 ne sont absolument pas d’échelle mondiale et pourtant elles vont avoir une influence énorme dans l’espace mondial en devenant une des causes du changement climatique.
  4. 240 organisations internationales telles que les Nations Unies, l’OTAN, l’Union européenne, l’Organisation internationale du café ; à ces OIG, il faut ajouter les 2 500 organisations mixtes ONG/OIG de surveillance et de contrôle des grands traités, comme la BAN (Basel Action Network) qui surveille l’accord de Bâle créé en 1989 sur les exportations mondiales des déchets civils non nucléaires.
  5. 8 000 ONG internationales, telles que Amnesty International, la Baptist World Alliance, la International Chamber of Shipping, GreenPeace ; sans compter les 8 000 ONG de tailles moyennes.
  6. 7 milliards d’individus qui sont de plus en plus des acteurs mondiaux. On l’a bien vu au moment du grand tsunami de 2004. Ces 7 milliards d’in­dividus peuvent éventuellement constituer une “société-Mondc”, ayant des intérêts communs et des enjeux partagés, soit une “société des indivi­dus” pour reprendre l’expression de Norbert Elias…. et ses conséquences géographiques

On peut distinguer deux grandes formes d’action dans l’espace et de fabrication des espaces : le champ de l’international, et le champ transna­tional. Dans le premier champ, l’État souverain classique fabrique des terri­toires, du contrôle et du fonctionnement territorial en fonction des critères classiques de la puissance westphalienne. Dans le second champ, les grandes entreprises des FTN et les ONG échappent au champ national en fabriquant des réseaux. L’État est-il “dépassé” ? La réponse est clairement “non”. Il est “débordé” (p. 105), il est englobé et traversé (tout le chapitre 6)… mais il n’est absolument pas “dépassé”. Ce sont de nouvelles formes d’action qui apparaissent dans lesquelles les actions sont pensées à des échelles supérieures et différentes de l’État classique, mais où c’est l’État qui continue à appliquer ces règles.

… qui permettent de mettre en évidence la chaîne d’ensemble de la fabrication des espaces

Prenons un exemple simple. Lorsque le protocole de Kyoto est mis en place entre 1992 et 1997 (l’année de publication de La Mondialisation), il est pensé et décidé par des acteurs qui ne sont pas que des États : les ONG, la société civile mondiale, l’ONU, l’Union européenne, les indi­vidus capables d’avoir de l’influence sur ces thèmes (les climatologues comme Michael Mann), les organismes de recherche comme le GIEC. Mais, si la décision politique est pensée à l’échelle mondiale par des acteurs très divers, c’est tout de même l’État national qui va appliquer ces règles. Le protocole de Kyoto va passer dans le droit interne, et c’est depuis le droit interne que les espaces visant à réduire les gaz à effet de serre vont être mis en place. On obtient donc la chaîne de fabrication des espaces : elle commence avec les acteurs et s’incarne dans l’ingénierie spatiale et sociospatiale des agencements des espaces au sol. Tout ce processus appa­raît dans l’analyse d’Olivier Dollfus… même s’il reviendra à d’autres auteurs de l’étudier plus en détail (comme Ulrich Beck avec son ouvrage Pouvoir et contre-pouvoir à l’ère de la mondialisation, paru en 2002).

Les lieux du Monde: accumulation, logiques spatiales, dialectique local-mondial

Les logiques de l’accumulation dans les lieux du Monde

La première logique qui fait que les lieux sont des lieux, c’est qu’ils sont devenus des lieux par accumulation géohistorique ! “Le monde, tel qu’il est, est le produit d’une longue accumulation de lieux dans la sédi­mentation et l’érosion de leurs histoires. Pour expliquer cette permanence, il faut faire intervenir des phénomènes d’inertie, de poids acquis, la conti­nuité de l’utilisation du bâti des équipements et des réseaux en place qui, transformés, rénovés, peuvent servir dans des conditions différentes de celles qui avaient présidé à leur installation […] : d’où la formule ‘on vit des héritages et on vit sur des héritages’, c’est-à-dire que des éléments venus du passé pèsent et conditionnent une pour part le présent et l’avenir, traduisant ainsi une certaine ‘viscosité géographique'” (p. 47).

L’exemple le plus évident de ces continuités, ce sont les foyers de peuplement de la planète. Si l’on prend une carte des grands foyers denses de la planète il y a 2 000 ans et aujourd’hui, leur stabilité est remarquable : Chine, Inde, Asie du Sud, golfe de Guinée, Europe de l’Ouest, Amérique centrale. Seule s’est ajoutée la côte est de l’Amérique du Nord. Olivier Dollfus étudie cette stabilité (p. 40-42) et montre comment les structures d’enca­drement social permettent de comprendre l’accumulation et l’attraction de cette accumulation : plus vous accumuler de villes, de commerces, de flux, de richesses, d’innovation… plus vous êtes capables d’attirer de la crois­sance urbaine, du commerce, des flux, de la richesse, de l’innovation. La Corée du Sud actuelle produit bien plus de richesse en chiffres absolus que le lapon des années 1970. Et pourtant le Japon est resté le centre du système, la Corée étant simplement passée d’un statut de périphérie domi­née à celui de périphérie intégrée. Mais le centre reste le Japon. Le sens, les causes, les fonctionnements de l’accumulation changent… mais la capacité à accumuler maintient ces lieux comme des lieux impor­tants du monde : il y a “permanence des lieux, et changement de sens” (p. 45) qui permettent de comprendre “la permanence des coupures et des divisions” (p. 58) ainsi que la “pérennité des limites” (p. 59).


(Ce texte a été publié originalement dans Amiel A., Birck J.-B., Consil J.-M-, Dagorn R.-É., Hoquet T., Werlings M.-J., 2015, Sciences humaines, Atlande)


  1. Jacques Lévy, “Olivier Dollfus, le géographe du système-monde”, Le Monde, 5 février 2005. []
  2. Jacques Lévy, “Une géographie vient au monde”, Le Débat, n° 92, Dossier “Nouvelles géographies”, 1996. []
  3. Voir le site Internet du GEMDEV : http://www.gemdev.org []
  4. Voir sur ce thème les travaux de Pascal Clerc, La culture scolaire en géographie. Le monde dans la classe, Presses universitaires de Rennes, 2002. []
  5. Dans son article de L’Espace géographique, “L’espace des pays riches à la fin du siècle”, paru en 1988, Olivier Dollfus parle d’archipel métropolitain mondial. Il utilisera ce terme pendant encore plusieurs années, jusqu’à ce qu’il change le “M” de métropolitain pour mégapolitain. []

René-Eric Dagorn

René-Eric Dagorn est agrégé d'histoire, ancien élève de SciencesPo Paris (section relations internationales) et doctorant en science politique (Université de Versailles Saint-Quentin – UVSQ). Il enseigne les relations internationales et la géopolitique à SciencesPo Paris (Euro-American Program à Reims), en Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (géographie et géopolitique), et à AgroParisTech-Paris. Ses domaines de recherches portent sur la politique internationale des États-Unis, sur la géopolitique environnementale au 21e siècle, et sur les liens entre l'histoire des sciences environnementales et la politique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search