Le pays le plus touché par le Covid-19, c’est le Monde

Deux membres du Groupe Olivier Dollfus, Patrick Poncet et Olivier Vilaça ont publié une tribune dans les pages Idées du journal Le Monde daté du 21 avril. Dans cet article, les auteurs constatent que, face à l’émergence du coronavirus Covid-19, les États ont abandonné subitement toute idée de coopération et de coordination internationale et ont décidé de mettre en place des solutions nationales à un problème qui est pourtant de dimension mondiale, transformant par là-même la pandémie en une multitude d’épidémies.

Le Covid-19 aura ainsi révélé la grande faiblesse politique des institutions supranationales, que ce soit l’Organisation des Nations-Unis (ONU) ou même l’Union Européenne, qui ont été littéralement désertées et rendues quasiment inaudibles et inutiles alors même que la maladie se diffusait dans le Monde.

Elle aura également montré que le seul acteur à la hauteur de l’évènement a été le réseau des chercheurs, virologues, épidémiologistes, immunologistes, médecins, biochimistes qui s’est mondialisé au fur et à mesure de l’apparition de nouvelles maladies transmissibles et est capable de coopérer instantanément pour repérer l’émergence des épidémies, mais également construire la carte d’identité de l’agent infectieux et trouver des vaccins et traitements.

Cette tribune partage la même page qu’un entretien conduit par le journal avec Michel Foucher, un autre géographe. Ce dernier y parle de la résurgence des frontières – concept dont il est un spécialiste reconnu – à l’occasion de l’épidémie, et défend l’idée que cette résurgence n’est ni une régression ni une forme de néonationalisme.

Le texte de Foucher, et celui de Poncet et Vilaça s’opposent donc, mais se complètent également, dans l’analyse des enjeux spatiaux de la diffusion du Covid-19.

L’article est disponible sur le site du journal Le Monde (accès réservé aux abonnés).


Le Groupe Olivier Dollfus

Le groupe Olivier Dollfus réunit des géographes qui ont été les étudiants — souvent devenus les amis — ou les lecteurs passionnés d’Olivier Dollfus. Ils se reconnaissent tous dans cette figure de la géographie qui aura marqué sa discipline des années 1970 jusqu’à sa disparition en 2005, que ce soit dans ses travaux de recherche, ou dans son rapport aux autres et au monde.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search